Allez au contenu, Allez à la navigation

Contingent d'emplois de ville confiés à des jeunes issus des quartiers en difficulté

10e législature

Question écrite n° 14800 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 04/04/1996 - page 780

M. Emmanuel Hamel signale à M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sa proposition, faite le 1er février dernier, que, parmi les " emplois de ville ", un certain nombre soient réservés à des jeunes issus des quartiers difficiles, afin que ces jeunes sélectionnés deviennent " éléments d'encadrement et d'apaisement ". Il lui demande quels progrès ont été accomplis sur la voie de la mise en oeuvre de son intéressante proposition, rapportée page 3 du numéro du 2 février 1996 du B. Q. (Bulletin quotidien).



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 20/06/1996 - page 1527

Réponse. - La mise en oeuvre de la procédure des " emplois de ville " relève de la responsabilité du ministre chargé de la ville et de l'intégration. La proposition du ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche s'appuie sur l'expérience d'accueil dans les établissements sensibles d'appelés du contingent qui participent à l'encadrement des élèves. Le rôle de ces jeunes adultes auprès des élèves s'est effet montré très positif et la formule donne entière satisfaction aux équipes pédagogiques des établissements bénéficiaires. A partir de cet exemple, le ministère est prêt à élargir le dispositif à des jeunes accueillis sur des emplois de ville.