Allez au contenu, Allez à la navigation

Crédits affectés à la lutte contre l'alcoolisme

10e législature

Question écrite n° 18218 de M. Régis Ploton (Haute-Loire - RI)

publiée dans le JO Sénat du 17/10/1996 - page 2687

M. Régis Ploton rappelle à M. le secrétaire d'Etat à la santé et à la sécurité sociale les termes de sa question écrite no 16614, parue au Journal officiel du 11 juillet 1996, par laquelle il attirait son attention sur les crédits 1996 affectés au dispositif spécialisé de lutte contre l'alcoolisme. Il lui demande à nouveau de rassurer les responsables de la prévention contre l'alcoolisme en confirmant que les crédits 1996 consacrés à cet objet seront bien maintenus au même titre que les crédits en faveur des deux autres grandes causes nationales de santé pour lesquelles aucun gel de crédit n'aura lieu.



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 14/11/1996 - page 2982

Réponse. - L'alcool constitue un grave fléau social : en effet, chaque année, la consommation d'alcool est responsable de la mort d'environ 50 000 personnes, soit 10 % de la mortalité. L'alcoolisme au volant est l'une des causes importantes des accidents de la circulation et le nombre des condamnations pour conduite en état alcoolique représente plus de 20 % de l'ensemble des condamnations prononcées. En outre, la consommation excessive d'alcool intervient dans le mécanisme de l'exclusion, dont elle constitue aussi une conséquence fréquente. C'est pourquoi la lutte contre l'alcoolisme reste une priorité de la politique de santé publique. En 1996, l'Etat a engagé plusieurs actions. Il a, d'une part, attribué un taux d'évolution de 2,28 % aux structures spécialisées de lutte contre l'alcoolisme. D'autre part, dans le cadre des conférences de santé publique, il a engagé dans 16 régions ayant retenu l'alcool comme déterminant prioritaire de santé, des actions de formation à l'attention des acteurs de soins non spécialisés et des intervenants sociaux. De plus, dans le cadre des crédits destinés à financer des actions de lutte contre l'exclusion, il a prévu de financer des consultations avancées des structures spécialisées de lutte contre l'alcoolisme vers les lieux de vie ou lieux d'accueil des personnes en situation de précarité. Enfin, sur les crédits " assurance maladie ", des équipes d'alcoologie de liaison intra-hospitalière seront créées afin d'améliorer la prise en charge à l'hôpital des personnes en difficulté avec l'alcool.