Allez au contenu, Allez à la navigation

Niveau d'exigence des diplômes donnant accès aux métiers de service

10e législature

Question écrite n° 19825 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 02/01/1997 - page 11

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la constatation faite dans le rapport intitulé " Professionnaliser les formations : choix ou nécessité ? " qui lui a été remis au troisième trimestre 1996 que " les niveaux de connaissances théoriques demandées dans le diplôme de niveau V sont souvent de trop haut niveau et ne correspondent pas à la réalité des connaissances requises ". Il lui demande quelle est sa réaction face à cette constatation et quelles mesures concrètes il envisage de prendre pour que les niveaux de connaissances du diplôme de niveau V soient revus en fonction du niveau de connaissance nécessaire pour l'accomplissement efficace des métiers de services.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 15/05/1997 - page 1476

Réponse. - Le niveau des connaissances théoriques qui doit être demandé pour les diplômes de niveau V est difficile à définir. Il faut en effet tenir compte à la fois de l'évolution prévisible des qualifications, de l'intérêt à long terme des jeunes qui préparent des diplômes, de leurs capacités ainsi que des nombreuses possibilités de poursuites d'études qui leur sont offertes. C'est la raison pour laquelle le BEP et le CAP sont de plus en plus traités de manière différente : le BEP est une formation assez large organisée en 36 spécialités et débouchant largement sur des poursuites d'études alors que le CAP, qui est un diplôme organisé en 230 spécialités, a un contenu plus pratique, mais ne négligeant pas la formation générale. Une réflexion est actuellement en cours sur les compétences générales attendues pour les titulaires de ce diplôme pour le XXIe siècle. Pour ce qui concerne les métiers de service, il semble important d'avoir des exigences fortes en formation générale compte tenu de l'importance des aspects comportementaux. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle a été créé dans ce secteur un baccalauréat professionnel.