Allez au contenu, Allez à la navigation

Résultats financiers d'un groupe français d'aéronautique

10e législature

Question écrite n° 20220 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 30/01/1997 - page 259

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de l'industrie, de la poste et des télécommunications sur l'information parue dans Le Monde du 20 septembre 1996 selon laquelle un grand groupe français aéronautique a dégagé un bénéfice net part du groupe de 273 millions de francs sur les six premiers mois de l'année 1996 contre 105 millions de pertes au premier semestre 1995, ce qui lui permet d'annoncer le retour aux bénéfices pour l'ensemble de l'exercice, pour la première fois depuis 1991. Il lui demande : 1o quels ont été au second semestre 1996 les bénéfices de ce grand groupe aéronautique ; 2o quels vont être les incidences de ces résultats sur la progression des emplois dans ce groupe de l'industrie aérospatiale.



Réponse du ministère : Industrie

publiée dans le JO Sénat du 13/03/1997 - page 782

Réponse. - L'année 1996 a été, pour Aérospatiale, l'année de la reprise. Après cinq années de pertes, Aérospatiale a annoncé un résultat net bénéficiaire pour le premier semestre 1996 (273 millions de francs). Le résultat du deuxième semestre 96 n'est, à ce jour, pas encore connu précisément et ne le sera que lors de sa présentation au conseil d'administration en mars 1997. Il semblerait, toutefois, qu'il soit voisin de celui du premier semestre 96. Ce retour aux bénéfices est la concrétisation des effets positifs du plan d'adaptation de l'entreprise (plan d'action sur les coûts, réorganisation des structures...). Il s'explique également par une hausse importante de commandes, essentiellement dans le domaine des avions (p 118 %). Toutefois, le groupe Aérospatiale évolue dans un contexte international extrêmement mouvant et très fortement concurrentiel. Davant la montée en puissance de la concurrence américaine (fusion de Boeing et de Mc Donnell Douglas) et de la baisse des budgets de défense, Aérospatiale se doit, aujourd'hui plus que jamais, de poursuivre ses efforts d'adaptation afin d'assurer sa compétitivité et sa rentabilité. Le plan d'adaptation de l'entreprise, décidé en 1995, produira vraisemblablement ses pleins effets courant 1998. Il consiste à adapter les effectifs aux besoins des différentes divisions et à l'évolution des carnets de commandes : il prévoit la résorption des sureffectifs, ainsi que des transferts d'effectifs des activités défense vers la branche aéronautique. Par ailleurs, grâce à l'augmentation du volume d'activités, plus de 500 embauches ont pu être réalisées au sein du groupe en 1996, dont une majorité de jeunes dans le cadre de postes à haute spécialisation. Le groupe Aérospatiale compte dans les années à venir poursuivre son plan d'adaptation, non plus pour faire face à la crise, mais pour réengager, sur une base financière saine, une véritable dynamique de croissance dans une durable guerre des prix.