Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des visas en Australie

10e législature

Question écrite n° 20678 de M. Xavier de Villepin (Français établis hors de France - UC)

publiée dans le JO Sénat du 20/02/1997 - page 492

M. Xavier de Villepin attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la situation des visas en Australie. Il semble bien que la France soit le dernier pays avec l'Espagne à demander des visas de courts séjours aux Australiens. A Sydney, il nous a été indiqué que l'Australie allait établir un nouveau système de visa pour les étrangers venant sur son territoire qui serait accordé automatiquement et électroniquement lors de l'achat d'un billet d'avion. Il paraît donc souhaitable d'harmoniser notre position avec les autres pays européens afin que la France soit placée sur un pied d'égalité avec ses partenaires.



Réponse du ministère : Affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 03/04/1997 - page 1029

Réponse. - L'honorable parlementaire a bien voulu appeler l'attention du ministre des affaires étrangères sur la situation des visas en ce qui concerne l'Australie. La France et l'Espagne sont les deux seuls pays, dans l'espace Schengen, à imposer l'obligation de visas aux ressortissants australiens pour de courts séjours. Cette exigence est justifiée par la réciprocité, l'Australie ayant généralisé l'obligation de visa. Les autorités australiennes ont toutefois fait part de leut intention de remplacer, au cours du premier trimestre 1997, l'obligation de visa par un système d'interrogation automatique et instantanée du fichier de l'immigration australienne par les agences de voyage lors de la réservation d'une place d'avion pour l'Australie. Cette nouvelle procédure fait actuellement l'objet d'une évaluation de la part des services compétents du ministère des affaires étrangères, afin de déterminer si elle peut être assimilée à une levée de l'obligation de visa. La France est, en effet, consciente de la nécessité qu'il y a à rechercher une harmonisation de notre position avec celle de nos partenaires européens en ce qui concerne le régime de circulation des ressortissants australiens.