Allez au contenu, Allez à la navigation

Formulation explicite de la problématique non sexiste dans les documents d'accompagnement des programmes scolaires

11e législature

Question écrite n° 01417 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 17/07/1997 - page 1935

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre délégué chargé de l'enseignement scolaire sur la suggestion faite dans le rapport d'un député et d'un sénateur sur le sexisme dans les manuels scolaires qui a été rendu public le 9 avril dernier de demander au Conseil national des programmes de " formuler explicitement la problématique non sexiste dans les documents d'accompagnement des programmes scolaires ". Il lui demande quelle a été sa réaction face à cette proposition et si elle envisage de prendre des mesures en ce sens afin de ne plus avoir à déplorer l'inégalité de traitement entre les hommes et les femmes dans les manuels scolaires.



Réponse du ministère : Enseignement scolaire

publiée dans le JO Sénat du 27/11/1997 - page 3306

Réponse. - Mme la ministre déléguée chargée de l'enseignement scolaire est particulièrement sensibilisée à la question du sexisme dans les manuels scolaires : différents contacts ont déjà été pris avec le secteur scolaire du Syndicat national de l'édition. Récemment, un livre de mathématiques, particulièrement sexiste, a fait l'objet d'une démarche très forte de désapprobation. Il convient toutefois de rappeler que l'élaboration de programmes n'est pas le fait du Conseil national des programmes. Il appartient aux groupes techniques disciplinaires de formuler des propositions sur la conception des programmes et sur leur accompagnement. Les recommandations inscrites dans le rapport parlementaire sont en cours de transmission aux coprésidents des groupes techniques disciplinaires, afin qu'ils puissent intégrer ces préoccupations à leurs travaux sur les programmes et les documents d'accompagnement de troisième. Il convient également de rappeler que la rédaction et la publication de manuels scolaires sont menées en France sous la responsabilité exclusive de l'édition privée. Sans envisager de rédiger un cahier des charges à l'attention des éditeurs de manuels scolaires, des contacts réguliers avec leur syndicat national permettent de faire avancer la réflexion visant à réduire l'inégalité de traitement entre les hommes et les femmes dans les manuels scolaires.