Allez au contenu, Allez à la navigation

Développement de la conduite accompagnée

11e législature

Question écrite n° 01598 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 17/07/1997 - page 1937

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports et du logement sur la proposition faite dans le rapport sur la formation des conducteurs et des usagers de la route qui lui a été remis le 20 juin dernier d'encourager fortement la conduite accompagnée des nouveaux conducteurs de voitures. Il lui demande quelle est sa réaction face à cette proposition et s'il envisage de prendre des mesures pour encourager la conduite accompagnée des nouveaux conducteurs dans les mois suivants l'octroi de leur permis de conduire



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 28/08/1997 - page 2219

Réponse. - Concernant l'apprentissage anticipé de la conduite, ce mode de formation à la conduite automobile a fait l'objet des travaux de commissions spécialisées dans le cadre de la table ronde sur la formation des usagers de la route et sur la formation des conducteurs. Cet apprentissage, qui permet à un conducteur novice d'acquérir une expérience significative de la conduite, dans les conditions réelles de la circulation, en bénéficiant des apports d'un conducteur expérimenté, constitue une mesure très positive en termes pédagogiques et au niveau de l'accès au permis de conduire. Cette filière est cependant insuffisamment développée, et l'évaluation de ses résultats en termes de sécurité doit être poursuivie. C'est pourquoi, dans ses conclusions, la table ronde sur la formation des usagers de la route et sur la formation des conducteurs propose diverses mesures, actuellement à l'étude, en vue de la réunion du prochain comité interministériel de la sécurité routière, pour améliorer l'impact de l'apprentissage anticipé de la conduite et en faire la filière de formation majoritaire des conducteurs.