Allez au contenu, Allez à la navigation

Contribution de la France au financement de l'office humanitaire des communautés européennes

11e législature

Question écrite n° 01860 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 24/07/1997 - page 1974

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur l'information parue dans le journal Sept jours en Europe dans son numéro 265 du 7 avril 1997 annonçant qu'une aide de deux millions d'écus avait été octroyée par l'office humanitaire des communautés européennes (ECHO) à l'Albanie. Il lui demande s'il veille à ce que l'importante contribution de la France au financement du budget de l'Union européenne et donc de l'office humanitaire des communautés européennes soit connue des populations bénéficiaires de ces aides.



Réponse du ministère : Affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 11/09/1997 - page 2354

Réponse. - La quote-part de la France servant à financer le budget de l'office humanitaire des Communautés européennes (ECHO), qui s'élève à 18,5 %, n'est pas affectée à des opérations dans telle ou telle zone géographique prédéterminée. Ce principe étant posé, on peut constater d'une façon générale et récurrente qu'il demeure, entre les actions humanitaires réalisées par l'office européen et celles que la France mène unilatéralement, une large concordance de vue sur les priorités à accorder. L'action humanitaire d'urgence que la France conduit à titre national exerce même un important effet de levier sur la mise en oeuvre de l'aide d'ECHO. Grâce aux excellentes relations existant entre le service de l'action humanitaire du ministère des affaires étrangères et l'office, les opérations humanitaires françaises et européennes traduisent concrètement cette synergie : un financement accordé sur notre fonds d'urgence humanitaire (5 MF en faveur de l'Albanie) entraîne généralement, dans le prolongement de la même opération, un cofinancement trois fois plus élevé d'ECHO (2 MECUS pour l'Albanie). Par ailleurs, pour chaque opération menée par l'office humanitaire européen, son service d'information applique une politique de grande lisibilité, destinée à communiquer la participation des plus importants bailleurs de fonds, à l'image de la France. Enfin, le service de l'action humanitaire, très souvent initiateur d'un programme d'actions, met tout en oeuvre afin de garantir le maximum de visibilité quant à sa participation.