Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de la ligne SNCF Paris-Bâle

11e législature

Question écrite n° 02170 de M. Jacques-Richard Delong (Haute-Marne - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 31/07/1997 - page 2049

M. Jacques-Richard Delong attire l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports et du logement sur l'avenir de la ligne SNCF Paris-Bâle. Des réponses aux diverses interrogations concernant directement l'économie haut-marnaise ont été faites récemment par votre ministère. Le refus de la solution de l'électrification, fut-elle progressive et assistée par les collectivités, entraîne inéluctablement le déclassement international de cette ligne. Les réponses apportées jusqu'à présent, même présentées sous le jour le plus favorable, n'en constituent pas moins une fin de non-recevoir au maintien du Paris-Bâle en ligne de première catégorie. Il demande donc dans le détail, et non globalement, les prévisions pour 1997-1998 et en particulier quels seront les arrêts des trains internationaux qui jusqu'alors passait à Chaumont sans s'arrêter, Chaumont étant alors la seule ville préfecture non desservie sur le trajet.



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 23/10/1997 - page 2906

Réponse. - La SNCF, pour mieux satisfaire les besoins de sa clientèle, étudie la refonte de la desserte des villes situées entre Paris et Bâle. Il est d'ores et déjà prévu dans la nouvelle desserte, qui sera mise en place au service d'hiver 1997-1998, deux arrêts supplémentaires dans chaque sens à Chaumont, ce qui portera le nombre d'arrêts quotidiens dans cette ville de 7 à 9. De plus, la mise en service progressive sur cette ligne de matériel " Corail " rénové apportera une nette amélioration du confort des voyageurs. Dès septembre 1997, un aller-retour en Paris et Bâle pourra être assuré avec ce matériel.