Allez au contenu, Allez à la navigation

Peste porcine

11e législature

Question écrite n° 02185 de M. Michel Moreigne (Creuse - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 31/07/1997 - page 2033

M. Michel Moreigne attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur la peste porcine. Apparue début février en Allemagne, elle fait des ravages aux Pays-Bas et a gagné la Belgique, ainsi que l'Espagne. Cette maladie très contagieuse inquiète les éleveurs français. Ainsi, il lui demande, face à l'ampleur de l'épizootie, quelles sont les mesures préventives mises en oeuvre pour empêcher son extension aux élevages français.



Réponse du ministère : Agriculture

publiée dans le JO Sénat du 13/11/1997 - page 3131

Réponse. - Depuis le début de l'année 1997, les Pays-Bas, l'Espagne et la Belgique ont vu réapparaître la peste porcine classique sur leur territoire avec respectivement 390, 62 et 8 foyers à la date du 29 août 1997. L'Allemagne, qui n'avait déclaré que 4 foyers en 1996, connaît une recrudescence de cette maladie avec 46 foyers au 29 août 1997. La France est officiellement indemne de peste porcine classique chez les porcs domestiques, le dernier foyer en élevage porcin ayant été enregistré en 1993. Un contrôle des élevages porcins est effectué tous les semestres sur les animaux reproducteurs afin de surveiller et de confirmer le statut sanitaire du cheptel national. En outre, en tous temps, des garanties sanitaires importantes sont demandées lors des introductions de porcs vivants sur le territoire national à l'occasion des échanges intracommunautaires et des importations et des contrôles sont effectués par les services vétérinaires. Depuis l'apparition de la peste porcine classique en Allemagne, aux Pays-Bas puis en Espagne, tous les lots de porcs en provenance de ces pays ont été recensés et contrôlés. Des mesures de surveillance clinique et sérologique ont été mises en place sur chaque lot de porcs d'élevage ou de rente et l'ensemble de ces analyses et contrôles sont à ce jour satisfaisants. Enfin, l'abattage effectif des porcs de boucherie est vérifié et une inspection des animaux ante et post mortem approfondie est menée à cette occasion. Par ailleurs, les directeurs des services vétérinaires des départements frontaliers du Nord et du Sud-Ouest de la France, ainsi que d'autres départements connaissant des flux commerciaux importants de porcs vivants, ont mis en place, avec la gendarmerie et les douanes, un dispositif de contrôle sanitaire de la désinfection des véhicules de transport d'animaux vivants, notamment en provenance des Pays-Bas et de l'Espagne. De plus, à la demande du ministère de l'agriculture et de la pêche, une action de sensibilisation sur le risque de transmission de la peste porcine classique lié au transport de porcs vivants, et un rappel des obligations réglementaires en matière de désinfection des véhicules de transport d'animaux vivants ont été effectués par chaque directeur des services vétérinaires départementaux en direction de toutes les organisations professionnelles locales concernées par le transport des porcins vivants