Allez au contenu, Allez à la navigation

Recrudescence de la rougeole

11e législature

Question écrite n° 03062 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 25/09/1997 - page 2519

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à la santé sur l'information parue dans Le Point du 6 septembre dernier, page 36, sous le titre alarmant " Rougeole : l'épidémie menace la France ", selon laquelle " une épidémie pourrait toucher plus de 150 000 personnes et en tuer une cinquantaine dans un proche avenir. Cette inquiétante prévision, publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, est le fruit de calculs utilisant des modèles mathématiques. Pour ces auteurs, le constat est simple : les enfants ne sont plus suffisamment vaccinés contre cette maladie. La couverture est de 82 % en moyenne mais elle est inférieure à 60 % dans certains départements ". Il lui demande : 1o Quelle est sa réaction face à cette inquiétante prévision ? 2o S'il envisage d'inciter les médecins, comme le préconise les autorités sanitaires, à effectuer une première vaccination du vaccin rougeole-oreillons-rubéole à tous les enfants de 2 ans, mais aussi à avancer l'âge de la seconde vaccination de 12 à 6 ans et ainsi permettre d'interrompre la circulation du virus de la rougeole qui, comme le souligne l'auteur de l'article précité, " n'a rien d'anodin ".



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 26/02/1998 - page 682

Réponse. - Une modélisation mathématique de la rougeole en France a été effectuée afin de préciser les risques liés à la stagnation des niveaux de couverture vaccinale. Ceux-ci, depuis cinq ans, se situent en France autour de 80 % pour les enfants de vingt-quatre mois. Cette étude a montré que le maintien du calendrier vaccinal actuel ne permettrait pas d'atteindre les objectifs de réduction d'incidence de la maladie et que, sans mesures favorisant une meilleure couverture vaccinale, une épidémie de rougeole pourrait survenir. Les conclusions de cette étude ont été communiquées au Comité technique des vaccinations et ont conduit la direction générale de la Santé à avancer l'âge de la recommandation de la deuxième dose de ROR au plus tard à six ans. Cette modification sera introduite dans la prochaine version du calendrier vaccinal où la recommandation du vaccin ROR à partir de douze mois sera maintenue. Le Comité français d'éducation pour la santé et la Caisse nationale d'assurance maladie réalisent tous les ans une campagne de promotion de cette vaccination.