Allez au contenu, Allez à la navigation

Réaménagement de la route nationale 102

11e législature

Question orale n° 0064S de M. Adrien Gouteyron (Haute-Loire - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 10/10/1997 - page 2724

M. Adrien Gouteyron attire l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports et du logement sur l'inadaptation de la RN 102 au trafic routier et sur les graves conséquences que cette situation entraîne. Il lui rappelle la cruauté des chiffres des accidents mortels : depuis le 1er janvier 1997, à la fin du premier semestre, neuf accidents sont ainsi à déplorer (seize en tout pour l'année 1996). Il tient à lui rappeler que la RN 102 est désormais sous-dimensionnée et devient dangereuse en raison de la croissance du trafic routier en raison de son rôle de liaison entre Le Puy et l'autoroute A 75 qui, à Lempdes, relie la Haute-Loire à la capitale (axe Clermont-Paris). Il rappelle également que cette route est vitale sur le plan économique comme liaison d'aménagement du territoire et qu'elle devrait être classée comme telle. Face à cette situation, des mesures urgentes doivent être prises et surtout un projet et un programme d'investissement pour cet axe sont à envisager pour éviter de nouvelles hécatombes. Citons par exemple le passage à quatre voies du tronçon Brioude-Lempdes compte tenu de l'importance de son trafic, le classement de ce segment en bretelle d'autoroute pour en faire une pénétrante. Il souhaiterait sur tous ces points connaître sa position et le cas échéant les mesures qu'il entend mettre en oeuvre pour mettre fin à cette préoccupante situation.



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 19/11/1997 - page 3556

M. Adrien Gouteyron. Monsieur le ministre, ma question concerne un dossier que, je le sais, vous connaissez, celui de
la route nationale 102, un des deux grands axes du département de la Haute-Loire. Il relie en effet la capitale régionale,
Clermont-Ferrand, au chef-lieu de notre département, Le Puy-en-Velay, en passant par Brioude, chef-lieu
d'arrondissement.
C'est un axe très fréquenté puisqu'il est emprunté chaque jour, selon les sections, par 10 000 à 15 000 véhicules, des
chiffres en constante augmentation.
Monsieur le ministre, mes collègues parlementaires et moi-même avons eu l'occasion de nous entretenir de ce dossier
avec l'un des membres de votre cabinet, qui nous a écoutés attentivement, mais je suis très heureux de l'occasion qui m'est
donnée de vous entendre ce matin exposer votre position à ce sujet.
S'agissant de la section comprise entre l'A 75 et Brioude, nous affirmons qu'elle doit avoir les caractéristiques d'une liaison
autoroutière, car le trafic qu'elle supporte est déjà supérieur à celui de l'autoroute A 75 elle-même.
Par ailleurs, il est nécessaire de compléter le contournement de Brioude, pour lequel des travaux sont en cours. Là, bien
entendu, il faudra l'intervention du contrat de plan, mais nous revendiquons un financement particulier, compte tenu de
l'importance de cette opération.
Quant à la liaison Brioude-Le Puy-en-Velay, elle présente une configuration extrêmement difficile : accidentée, elle
comporte des pentes importantes, et de très graves accidents y ont, encore récemment, été à déplorer.
Cette autoroute comprend en outre deux passages à niveau particulièrement dangereux, et nous savons quels dramatiques
accidents les passages à niveau peuvent causer.
Voilà pourquoi, il convient de faire réaliser le plus vite possible une étude concernant la section Brioude-Le
Puy-en-Velay, afin que nous sachions exactement quel type de travaux il est nécessaire d'effectuer et que ceux-ci puissent
figurer dans le prochain contrat de plan, au moins pour les tronçons les plus dangereux.
J'espère vivement, monsieur le ministre, que vous pourrez m'apporter des apaisements sur les trois points que je viens
d'évoquer.
M. le président. La parole est à M. le ministre.
M. Jean-Claude Gayssot, ministre de l'équipement, des transports et du logement. Monsieur le sénateur, vous avez
évoqué la grave question de la sécurité routière, tout en soulevant des problèmes précis concernant l'évolution des
infrastructures routières et autoroutières de votre département.
L'amélioration de la sécurité dans les transports en général et de la sécurité routière en particulier sont l'un des objectifs
majeurs que je me suis fixés lors de mon entrée en fonctions.
Le Gouvernement a d'ailleurs proposé et obtenu, dans le projet de loi de finances pour 1998, que les crédits destinés à
l'amélioration de la sécurité routière augmentent de 7 % en autorisations de programme.
Pour aborder convenablement la question de la sécurité sur la RN 102, il convient d'établir un diagnostic complet de
l'itinéraire, avant de dégager les meilleures solutions.
Le préfet a donc reçu des instructions pour engager une étude globale sur la RN 102, de façon que puissent être
notamment identifiés de manière précise les principaux points d'insécurité.
Comme vous le souhaitez, j'ai demandé que la section comprise entre l'A 75 et Brioude, qui supporte le trafic le plus
considérable de l'itinéraire, soit examinée avec un soin particulier.
J'ajoute que cette route bénéficie, dans l'actuel plan, d'un important programme d'investissements, pour lequel l'Etat est
très largement engagé : sur un montant d'environ 200 millions de francs inscrits au contrat de plan passé entre l'Etat et la
région Auvergne pour les déviations de Brioude et de Vieille-Brioude, il apporte 150 millions de francs.
La mise en service de ces déviations, qui interviendra l'année prochaine, devrait contribuer à améliorer sensiblement les
conditions de circulation entre Le Puy-en-Velay et l'autoroute A 75.
Je suis, en outre, tout à fait favorable à ce que la déviation de Largelier, déclarée d'utilité publique, qui se situe dans le
prolongement des déviations de Brioude et de Vieille-Brioude, soit envisagée dans le prochain contrat de plan.
M. Adrien Gouteyron. Je demande la parole.
M. le président. La parole est à M. Gouteyron.
M. Adrien Gouteyron. Je vous remercie, monsieur le ministre, des assurances que vous venez de me donner.
Vous avez insisté, à juste titre, sur les travaux de sécurité et sur l'augmentation qu'enregistraient, à ce titre, les autorisations
de programme dans le projet du budget pour 1998. Faisons en sorte que cet axe en bénéficie !
Je me réjouis également que vous envisagiez le diagnostic que j'appelle de mes voeux : il permettra d'agir vite, et il y a
effectivement urgence.
J'ai relevé que vous souhaitiez voir la section comprise entre l'A 75 et Brioude faire l'objet d'un soin particulier. Je tiens à
réitérer ma demande visant à la continuité autoroutière entre Brioude et Clermont-Ferrand, compte tenu du trafic supporté
par cette section.
Je signale que les deux communes concernées ressortissent à l'objectif 2. On doit donc pouvoir trouver des solutions pour
accélérer le financement des travaux nécessaires sur cette section.