Allez au contenu, Allez à la navigation

Demande de débat des syndicats d'enseignants

11e législature

Question écrite n° 03247 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 02/10/1997 - page 2597

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie sur l'annonce faite par le secrétaire général de la fédération syndicale unifiée et rapportée par Le Figaro du 18 septembre dernier que " nous avons fait toute une série de propositions au ministère de l'éducation avant les vacances pour lutter contre l'échec scolaire, pour réfléchir sur la violence et pour renforcer la formation professionelle des enseignants... Or, depuis trois mois, nous n'avons aucune réponse sur ces questions de fond. Nous n'obtenons que des petites phrases en lieu et place de vraies négociations... ". Il lui demande quelle est sa réaction face à ces virulents propos et s'il envisage d'entreprendre dans un proche avenir de " vraies négociations " avec les syndicats d'enseignants et d'instituteurs sur les graves sujets précités : échec scolaire, violence à l'école, formation des maîtres.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 13/11/1997 - page 3154

Réponse. - La concertation entre le ministère de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie et les organisations représentant le personnel, les parents d'élèves et tous ceux qui composent la communauté éducative, est d'ores et déjà une réalité dans le cadre de la mise en oeuvre des priorités ministérielles. Ainsi, une table ronde, sur le thème de la violence en milieu scolaire, réunissant syndicats du monde enseignant, associations de parents d'élèves, représentants du ministère et chercheurs s'est tenue le 16 septembre 1997. Cette première réunion sera suivie d'une phase d'élaboration de propositions et de nouvelles discussions avant l'annonce des décisions. De même, la politique de relance des zones d'éducation prioritaires (ZEP) définie par Madame la ministre déléguée chargée de l'enseignement scolaire prévoit la tenue d'assises régionales des ZEP puis d'assises nationales, à l'occasion desquelles tous les acteurs des ZEP pourront s'exprimer et être entendus. La méthode de travail utilisée par le ministère de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie fait donc une large place à l'écoute et au dialogue. Cette pratique de la concertation se poursuivra à l'avenir car elle constitue indéniablement un facteur d'enrichissement des contenus des politiques conduites