Allez au contenu, Allez à la navigation

Bilan de la journée nationale du cheval et du poney

11e législature

Question écrite n° 03749 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 23/10/1997 - page 2861

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre de la jeunesse et des sports sur la journée nationale du cheval et du poney qui s'est déroulée le dimanche 28 septembre 1997. Il lui demande : 1o quel est le bilan de cette journée ; 2o quelles sont les perspectives de développement du sport équestre en France. A-t-elle la volonté de le promouvoir ? Comment ?



Réponse du ministère : Jeunesse

publiée dans le JO Sénat du 18/12/1997 - page 3570

Réponse. - Les premiers échos relatifs à la journée du cheval et du poney qui s'est déroulée le 28 septembre 1997 font état d'un succès identique à celui de l'année 1996. Il convient de rappeler qu'en 1996 plus de 2 000 000 de personnes avaient assisté aux différentes manifestations organisées dans les villes, les campagnes, les centres équestres, haras et hippodromes de leur région. Cette journée est devenue en dix ans un événement national de grande envergure. La Fédération française d'équitation a d'ailleurs vu le nombre de ses licenciés progresser rapidement ces dernières années, en particulier au niveau des enfants, au point de dépasser le seuil de 345 000 en 1996. Une étude présentée par l'association pour la Journée nationale du cheval et du poney, dans son rapport annuel de 1996, montre que 76 % des enfants aiment pratiquer un sport, surtout en dehors de l'école. L'équitation fait partie des dix sports qui passionnent le plus les enfants, et les demandes pour pratiquer l'équitation augmentent chaque année à l'occasion de la rentrée scolaire. Le ministère de la jeunesse et des sports accompagne bien évidemment l'évolution de cette fédération par la mise en place d'une convention d'objectifs annuelle. En accord avec le ministère de l'agriculture et de la pêche, il mène une concertation avec toutes les parties concernées en vue de l'adoption de nouveaux statuts qui permettront à la Fédération française d'équitation d'obtenir la délégation de pouvoir nécessaire à son rayonnement.