Allez au contenu, Allez à la navigation

Délai de mise en évidence de la toxoplasmose chez les femmes enceintes

11e législature

Question écrite n° 03753 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 23/10/1997 - page 2863

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à la santé sur la constatation faite par une journaliste dans un article paru à la page 108 du numéro 1308 du 11 octobre 1997 du magazine Le Point que, " chez les femmes enceintes, le délai de mise en évidence de la toxoplasmose est trop long... ". Il lui demande quelle est sa réaction face à cette constatation et s'il envisage de prendre des mesures pour que soit réduit ce délai, si cette réduction est possible.



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 20/08/1998 - page 2740

Réponse. - L'attention de M. le secrétaire d'Etat à la santé est attirée sur un article du magazine Le Point qui informe le public du contenu de la surveillance prénatale. L'article dont il est fait état méconnaît le décret du 14 février 1992 qui a instauré une surveillance mensuelle de la grossesse à partir du troisième mois de la grossesse. Le dispositif actuel comporte sept examens prénatals et un examen post-natal qui sont obligatoires et non pas quatre comme il est mentionné dans l'article. En ce qui concerne plus spécifiquement la toxoplasmose, il est prévu au premier examen prénatal un dépistage obligatoire de toutes les femmes enceintes. Si la femme n'est pas immunisée, elle bénéficie d'une surveillance sérologique mensuelle jusqu'à son accouchement, ce qui permet de mettre rapidement en uvre un traitement lorsqu'une séroconversion se produit.