Allez au contenu, Allez à la navigation

Politique de la mémoire vis-à-vis des jeunes

11e législature

Question écrite n° 03843 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 23/10/1997 - page 2847

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat aux anciens combattants sur la proposition faite à la page 31, dernier alinéa, du rapport d'un sénateur sur la politique de la mémoire menée par le ministère des anciens combattants et victimes de guerre de " donner à la politique de la mémoire vis-à-vis des jeunes une vision globale et à long terme par l'établissement de relations permanentes avec les collèges et les lycées et l'organisation, chaque année, d'une manifestation sur un thème lié à la mémoire des conflits (exposition, documentaire, témoignage, conférence...) ". Il lui demande quelle est sa réaction face à cette proposition et s'il envisage de prendre des mesures pour lui donner suite.



Réponse du ministère : Anciens combattants

publiée dans le JO Sénat du 29/01/1998 - page 311

Réponse. - Depuis que le département des anciens combattants a créé, à partir de 1981, une structure chargée de développer une politique de mémoire des conflits contemporains, l'action en direction de la jeunesse a été déclarée prioritaire. Cette ligne d'action s'est traduite par de nombreuses initiatives parmi lesquelles nous pouvons citer le concours national de la Résistance et de la déportation, le soutien financier à des PAE, l'encouragement à des manifestations sportives sur des lieux ou des thèmes liés à ces conflits, la mise à disposition de matériels d'exposition, l'organisation des colloques, conférences, causeries avec des anciens combattants. Les professeurs d'histoire-géographie et leurs associations ont toujours apporté un concours significatif. Cette action peut être encore développée et l'idée d'une manifestation annuelle, d'ampleur nationale, sur un thème choisi mérite d'être retenue. Elle pourrait être l'occasion d'illustrer les principes et valeurs qui fondent la République et contribuerait ainsi à la formation citoyenne des jeunes générations.