Allez au contenu, Allez à la navigation

Bilan de la mission de lutte antidrogue

11e législature

Question écrite n° 04017 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 30/10/1997 - page 2958

M. Emmanuel Hamel appelle l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur la mission de lutte antidrogue (MILAD) de son ministère, évoquée page 18, colonne 2, du mensuel de l'administration intitulé Service public. Il lui demande quel est le bilan de l'action de cette mission depuis le début de cette année 1997, et, compte tenu de ce bilan, quels vont être les objectifs et les moyens de la mission de la lutte antidrogue de son ministère en 1998. Les crédits budgétaires affectés à cette mission seront-ils en augmentation ? Si oui, de combien ? Pour atteindre quels résultats dans la lutte contre la drogue ?



Réponse du ministère : Intérieur

publiée dans le JO Sénat du 04/12/1997 - page 3396

Réponse. - Mise en place le 26 octobre 1992, sur la base d'une lettre de mission, la MILAD (mission de lutte anti-drogue) a été officialisée par arrêté ministériel le 9 mai 1995. Cette structure, rattachée à la direction générale de la police nationale et sous son autorité immédiate, coordonne et oriente la politique de toutes les directions et services du ministère de l'intérieur en matière de lutte contre le trafic et l'usage de stupéfiants. A cette fin, elle propose l'adaptation permanente de la stratégie et des moyens en fonction de l'évolution des situations. Elle élabore et propose, en liaison avec les services centraux, la définition de la position du ministère de l'intérieur, notamment dans les instances nationales et internationales. Ses membres sont fréquemment amenés à diriger la production d'études spécialisées. Ils participent à de multiples groupes de travail bilatéraux ou multilatéraux, ainsi qu'à des missions d'expertise en relation, notamment, avec les pays du monde qui entretiennent avec la France des rapports d'échanges et de coopération. La MILAD organise également colloques ou séminaires dans les divers domaines d'actualité relatifs à la drogue : ainsi, le 13 novembre dernier, elle a initié et dirigé un séminaire national réunissant les représentants des divers ministères intéressés et des préfectures du territoire, sur le thème des soirées " rave ", avec, d'ailleurs, la participation des associations concernées ainsi que des organisateurs de concerts " techno ". Enfin, et c'est une part importante de son activité, la MILAD propose et anime les actions du ministère de l'intérieur en matière de prévention : elle oriente la formation des policiers formateurs anti-drogue (PFAD) qui sont au nombre de 400 répartis sur le territoire national et vise à renforcer leur potentiel de communication avec tous le citoyens, plus particulièrement les élèves des lycées et collèges ; dans le même esprit de proximité, elle s'est investie dans des campagnes de prévention menées à partir d'un important ensemble routier, de type podium, aménagé pour recevoir du public. C'est avec ce matériel et la collaboration des policiers formateurs qu'une campagne itinérante, sur le thème : " La drogue . C'est pas une vie ", a été menée cet été (et pour la troisième fois consécutive) dans 14 villes de Frances. Mais, dans ces opérations, l'implantation de ce camion est surtout le point de départ d'une action, menée plus en profondeur, dans les écoles du secteur géographique, ainsi qu'auprès des institutionnels locaux. L'ensemble des actions de prévention de la toxicomanie a vu, sur une année, la mise en oeuvre des policiers spécialisés pendant plus de 10 000 heures, et concerné directement 125 000 personnes environ. Le succès remporté par ces campagnes a conduit les élus et responsables locaux à solliciter la MILAD, non plus seulement pendant la période estivale mais en cours d'année : ainsi, tout dernièrement, à l'occasion des semaines de prévention à Montpellier et Arras. Il sera accédé, autant que faire se peut, aux demandes qui seront formulées. Pour l'avenir, inscrivant son action dans le concept de police de proximité, le ministère de l'intérieur développera l'effort de prévention entrepris en direction notamment des milieux scolaires. Cette action s'appuiera principalement sur les policiers formateurs anti-drogue (dont l'une des missions sera également de former les jeunes adjoints de sécurité) ainsi que sur les campagnes itinérantes dont l'année à venir devrait voir une montée en puissance. Le dispositif de prévention fonctionne sur les crédits propres du ministère de l'intérieur, mais également sur les crédits interministériels, alloués chaque année par la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT) et que la MILAD répartit en fonction des objectifs à atteindre dans le cadre d'une stratégie globale dont elle assure le suivi. ; ministère de l'intérieur, mais également sur les crédits interministériels, alloués chaque année par la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT) et que la MILAD répartit en fonction des objectifs à atteindre dans le cadre d'une stratégie globale dont elle assure le suivi.