Allez au contenu, Allez à la navigation

Création d'une antenne franco-italienne d'observation des ondes gravitationnelles

11e législature

Question écrite n° 04147 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 06/11/1997 - page 3040

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie sur l'intérêt suscité par sa participation à l'inauguration le 20 octobre dernier d'une antenne franco-italienne d'observation des ondes gravitationnelles. Il lui demande quel a été pour la France le coût de sa participation à la création de ce site, quels sont d'ici l'an 2000 les objectifs fixés à cet observatoire et quelle sera la contribution française à la réalisation de ces objectifs.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 08/01/1998 - page 97

Réponse. - Le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie et le ministre italien de l'instruction publique, des universités et de la recherche scientifique ont inauguré le 20 octobre 1997 les premiers éléments de l'antenne Virgo. Cette antenne, destinée à la détection des ondes gravitationnelles, est en cours de construction sur le site Cascina, près de Pise, en Italie. Sa mise en service est prévue pour la fin 2001. Le coût total du projet est voisin de 600 MF ; l'INFN (Istituto Nazionale di Fisica Nucleare) y contribue pour 55 % et le CNRS pour 45 %. A ce coût s'ajoute l'acquisition du terrain, qui est à la charge du partenaire italien. Cette antenne doit permettre de détecter les ondes gravitationnelles produites par des phénomènes extrêmement violent qui se manifestent dans l'univers, tels que l'explosion de supernovae, la fusion de systèmes binaires de grande masse, l'inter-action de trous noirs avec des étoiles compagnons... L'existence de telles ondes est prévue par la théorie de la relativité générale d'Einstein, mais elles n'ont encore jamais été détectées.