Allez au contenu, Allez à la navigation

Centres de médecine préventive universitaire

11e législature

Question écrite n° 04474 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 20/11/1997 - page 3201

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à la santé sur l'information parue à la page 6 du numéro 124 - 17 septembre 1997 - de la lettre des décideurs de la prévoyance, de la santé et de la retraite intitulée : Protection sociale informations, selon laquelle " l'Association nationale des étudiants en médecine réclame... une modification des centres de médecine préventive universitaire pour qu'un suivi médical soit assuré, en réseau avec d'autres professionnels ". Il lui demande quelle est sa réaction face à cette suggestion et s'il envisage de prendre des mesures en ce sens.

Transmise au ministère : Éducation



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 26/02/1998 - page 657

Réponse. - Lors de son discours de politique générale du 19 juin dernier, le Premier ministre a annoncé la mise en place d'un plan social étudiant qui couvrira non seulement les aides financières, mais aussi les différents secteurs de la vie de l'étudiant : santé, logement, restauration, sport, culture... La place et le rôle des services de médecine préventive et de promotion de la santé (SMPPS) font partie intégrante de la réflexion visant à mieux prendre en compte l'ensemble des questions liées à la vie étudiante. Ainsi, un groupe de travail, associant directeurs des SMPPS et leurs différents partenaires, a été mis en place pour réfléchir à l'évolution des missions de ces services et proposer une nouvelle rédaction du décret de 1998 régissant leur organisation. Une concertation approndie est menée avec les organisations étudiantes représentatives, les mutuelles étudiantes, les présidents d'université, les syndicats, les parents d'élèves, des experts, dans le cadre de la table ronde " étudiants " et d'entrevues particulières. L'ensemble de ces travaux et réflexions devrait conduire à une meilleure intégration des SMPPS à la politique globale de l'université et à une amélioration de la prise en charge des besoins de santé exprimés par les étudiants. Enfin, devant l'importance de la question des aides aux étudiants, le ministre entend associer étroitement le Parlement à la discussion du plan social étudiant. A l'initiative du Gouvernement, un débat parlementaire aura lieu en avril prochain sur cette question.