Allez au contenu, Allez à la navigation

Prévention de la drogue dans les centres sportifs

11e législature

Question écrite n° 05299 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 25/12/1997 - page 3608

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre de la jeunesse et des sports sur les Rencontres nationales sur la toxicomanie qui se sont déroulés les 12 et 13 décembre dernier et rapportées à la page 14 du quotidien Le Figaro du 15 décembre dernier, et au cours desquelles les intervenants ont souligné " la frilosité globale de la prévention de la drogue en France (...) dans les centre sportifs ". Il lui demande quelle est sa réaction face à cette constatation et quelles mesures elle envisage de prendre pour remédier à cette insuffisance de la prévention de la drogue dans les centres portifs.



Réponse du ministère : Jeunesse

publiée dans le JO Sénat du 05/03/1998 - page 764

Réponse. - Depuis plus de dix ans, le ministère de la jeunesse et des sports intervient dans le cadre de la prévention des toxicomanies en direction des jeunes. C'est à ce titre que des actions d'animation, de formation et d'information sont mises en place par les services déconcentrés de ce ministère. En 1994, le ministère a soutenu plus spécifiquement des actions de prévention menées dans les centres d'éducation populaire et de sport (CREPS), dans le cadre d'une intervention intitulée " les CREPS dans l'été ". Dans ces opérations, la dimension sportive est fortement prise en considération, que ce soit à travers les activités proposées, physiques et sportives, le renforcement du rôle éducatif des animateurs sportifs ou le soutien aux associations sportives locales (affiliées ou non). Attachée à diffuser largement ce souci de prévention, la ministre de la jeunesse et des sports a incité les services du ministère, les organismes sous tutelle (réseau " information jeunesse ") et les associations sportives, de jeunesse et d'éducation populaire à réfléchir et à agir sur la consommation des produits psychoactifs, en les intégrant dans les questions sociales et les rapports de proximité, que ceux-ci relèvent de la vie quotidienne ou qu'ils s'inscrivent dans les pratiques locales. C'est à ce titre qu'ont été tenues les rencontres européennes de prévention, les 3, 4 et 5 décembre 1997 à la Cité internationale universitaire de Paris, avec la participation de plus de 500 personnes, décideurs, acteurs locaux, experts et représentants ministériels du secteur de l'éducation, de l'intervention sociale et du soin. Persuadée que la gravité et la complexité des problèmes actuels sont sans commune mesure avec la situation d'il y trente ans, Madame la ministre de la jeunesse et des sports, a voulu que soient réactualisés certains outils fournis aux acteurs de prévention. Ainsi, en collaboration avec le CFES, le ministère édite actuellement une brochure intitulée " Drogues, s'informer, prévenir, agir " ainsi qu'un nouveau guide critique des outils de prévention des toxicomanies " Jalons pour des actions de prévention ". De plus il participe, en liaison avec la MILDT, aux instances de travail et de réflexion et s'appuie sur le récent rapport du professeur Parquet " Pour une politique de prévention en matière de comportements de consommation de substances psychoactives " intégrant cette évolution. Enfin, pour 1998, le programme de prévention des toxicomanies proposé par le ministère de la jeunesse et des sports dans le cadre des crédits interministériels et actuellement soumis à la MILDT, comporte, outre les actions locales de prévention, d'information, de formation, une étude sur le phénomène du dopage et de la toxicomanie chez les jeunes sportifs pratiquant ou non la compétition. La représentation nationale examinera dans le cours de l'année 1998 un projet de loi relatif à la protection de la santé des sportifs et sera donc amenée à se prononcer sur les mesures de prévention et de lutte contre le dopage.