Allez au contenu, Allez à la navigation

Réouverture du centre culturel français de Bagdad

11e législature

Question écrite n° 05634 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 22/01/1998 - page 191

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur l'information parue dans le quotidien La Croix du 11 octobre dernier selon laquelle " le centre culturel français de Bagdad, fermé depuis la crise du Golfe en 1990, s'apprête à reprendre les manifestations culturelles et les cours de français ". Il lui demande s'il peut confirmer cette information et, dans l'affirmative, à quelle date cette réouverture a eu lieu et quelles sont les manifestations culturelles françaises ayant eu lieu depuis la réouverture du centre culturel français de Bagdad et quelles sont celles programmées pour 1998.



Réponse du ministère : Affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 02/04/1998 - page 1038

Réponse. - Fermé depuis l'été 1990, le centre culturel français de Bagdad a en effet rouvert officiellement ses portes le 15 juin 1997. Cet établissement est dirigé par un agent expatrié français, nommé à ce poste au mois de juin 1997. La première session de cours de français organisée depuis la réouverture a débuté le 11 octobre et a réuni plus de 340 étudiants irakiens. Le public qui fréquente ces cours est un public jeune appartenant aux classes moyennes, pour qui le centre culturel est un espace de rencontre et de dialogue. D'ores et déjà, le quatuor Ludwig de musique classique et le trio de jazz Philippe Carment se sont produits à Bagdad, notamment dans le cadre du festival de Babylone. Une semaine du cinéma français, avec un hommage particulier à Alain Delon, a eu lieu en octobre dernier. Et quatre expositions d'artistes français et irakiens se sont tenues au sein du centre culturel durant l'automne 1997. La programmation culturelle pour 1998 comprendra des concerts de jazz et de musique classique, une exposition de jeunes peintres français et une semaine du cinéma français. Elle alternera les manifestations d'artistes français avec celles d'artistes irakiens afin de favoriser les échanges.