Allez au contenu, Allez à la navigation

Désintérêt pour les herbiers nationaux

11e législature

Question écrite n° 06168 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 12/02/1998 - page 446

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie sur l'information parue à la page 12 du quotidien Le Figaro du 12 janvier dernier selon laquelle " donner aux plantes, savoir l'identifier, la classer, savoir à quelle famille elle appartient pour connaître ses propriétés ou repérer son aire d'extension, c'est le travail des botanistes spécialisés dans la classification et la nomenclature du règne végétal. Les grands herbiers sont leurs outils privilégiés : à la fois banques de données scientifiques et laboratoires de recherche. Aujourd'hui en France, ils souffrent d'un désintérêt général. L'herbier du laboratoire de phanérogam du Muséum national d'histoire naturelle, le premier au monde, ainsi que les herbiers de Lyon et de Montpellier se débattent dans de graves difficultés. " Il lui demande quelle est sa réaction face à cette information et si des mesures sont envisagées pour remédier à cette situation notamment dans l'herbier de Lyon, où le professeur de biologie végétale, responsable de cet établissement déplore dans l'article précité qu'aucun personnel titulaire ne soit affecté à son entretien.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 19/03/1998 - page 906

Réponse. - Les herbiers sont des outils indispensables au travail des chercheurs et notre pays en possède plusieurs d'une renommée et d'une richesse internationales. Concernant la situation de ces herbiers et de celui du laboratoire de phanérogamie du Muséum national d'histoire naturelle en particulier, comme de ceux de Lyon et de Montpellier, il est exact qu'une évaluation de leur état est tout à fait nécessaire. C'est dans ce sens qu'a été commandé pour le Muséum national d'histoire naturelle un audit qui doit éclairer le ministère sur les investissements les plus urgents à conduire. Le ministère de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie a inscrit comme une priorité le sauvetage et la valorisation des collections. Des mesures d'urgence sont prévues tant en ce qui concerne les bâtiments qui abritent ces herbiers que leurs conditions techniques de conservation. Les herbiers de Lyon et de Montpellier en seront parmi les premiers bénéficiaires.