Allez au contenu, Allez à la navigation

Conditions d'exercice de la boulangerie

11e législature

Question écrite n° 06617 de M. Georges Mouly (Corrèze - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 05/03/1998 - page 726

M. Georges Mouly attire l'attention de Mme le secrétaire d'Etat aux petites et moyennes entreprises, au commerce et à l'artisanat sur les problèmes liés à la concurrence, qualifiée quelquefois de " sauvage ", des industriels de la boulangerie vis-à-vis des artisans boulangers. L'arrêté du 12 décembre 1995 relatif à l'appellation et l'enseigne de boulangerie avait le grand mérite de donner, pour la première fois, une qualité juridique à l'appellation de boulangerie. Or cet arrêté ayant été annulé le 6 février 1998 par le Conseil d'Etat, il lui demande ce qu'elle entend mettre en oeuvre pour réglementer les conditions d'exercice de la boulangerie dans le sens qui satisfasse non seulement les intérêts des artisans boulangers eux-mêmes, mais encore ceux des consommateurs.



Réponse du ministère : Petites et moyennes entreprises

publiée dans le JO Sénat du 18/06/1998 - page 1966

Réponse. - A la suite de l'annulation le 29 décembre 1997 par le Conseil d'Etat des dispositions de l'arrêté du 12 décembre 1995, relatif à l'appellation et à l'enseigne de boulangerie, et pour répondre aux préoccupations des boulangers afin que l'origine artisanale de leurs pains puisse être bien identifiée, la loi nº 98-405 du 25 mai 1998 déterminant les conditions juridiques de l'exercice de la profession d'artisan boulanger a été publiée au Journal officiel du 26 mai 1998. Selon cette loi, les appellations et enseignes de " boulanger " et " boulangerie " seront réservées aux professionnels assurant l'intégralité de la production des pains (du choix des matières premières jusqu'à la vente au consommateur) ; par ailleurs, elle exclut formellement congélation et surgélation. Cette dénomination peut également être utilisée lorsque le pain est vendu de façon itinérante par le professionnel, ou sous sa responsabilité, qui remplit les conditions mentionnées ci-dessus. Les contrevenants à ces dispositions seront soumis aux sanctions prévues à cet effet. Parallèlement à la protection des appellations et enseignes, la secrétaire d'Etat aux petites et moyennes entreprises, au commerce et à l'artisanat a souhaité que la qualité des produits vendus par les boulangeries artisanales soit confirmée. C'est pourquoi ses services ont engagé, en concertation avec la profession, une réflexion en vue d'élaborer un cahier des charges définissant les méthodes de fabrication artisanales des pains. Un tel texte permettra de renforcer l'information des consommateurs en ce qui concerne l'origine et les méthodes de fabrication des pains. Les intérêts de la profession de boulanger, auxquels la ministre est particulièrement attentive, ont donc été pris en compte. Les objectifs de qualité et de transparence de l'information poursuivis sont également de nature à satisfaire les consommateurs.