Allez au contenu, Allez à la navigation

Diminution de l'audience sur France 2 en 1997

11e législature

Question écrite n° 07116 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 19/03/1998 - page 871

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre de la culture et de la communication sur l'information parue aux pages 27, 28 et 29 du magazine l'Evénement du jeudi du 5 au 11 mars dernier selon laquelle, dans un rapport officieux du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), le président du CSA constate que l'évolution de l'audience de France 2 en 1997 " enregistre un recul persistant " (24,3 % en 1996 et 23,7 % en 1997). Ce recul était " perceptible " au printemps 1997, il " s'est accentué depuis l'automne " et s'accompagne d'une " diminution de la durée d'écoute quotidienne. " Il lui demande quelle est sa réaction face à cette constatation et quelles sont ses propositions et décisions pour qu'il soit remédié à cette situation.



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 20/08/1998 - page 2664

Réponse. - L'honorable parlementaire interroge la ministre de la culture et de la communication sur le fondement des informations parues dans le magazine l'Evenement du jeudi du 5 au 11 mars dernier concernant l'audience de France 2. S'il est vrai que l'évolution de l'audience de France 2 est effectivement passée de 24,2 % en 1996 à 23,7 % en 1997, il faut toutefois noter que ce recul, en part d'audience, n'a pas eu d'incidence sur le taux de pénétration de la chaîne, qui s'est maintenu à 3 %, soit 1,6 million de personnes en moyenne par jour, tout comme en 1996. De plus, il convient de préciser que ce niveau d'audience de France 2 se situe dans la moyenne de la chaîne, qui évolue dans une fourchette de 21,4 % à 25 % depuis 1990. Pour la même année, les parts d'audience des grandes chaînes généralistes telles que TF1 et France 3 ont eu à connaître un recul. Ainsi, TF1 est passé de 35,4 % à 35 % alors que France 3 passait de 17,7 % à 17,1 %. Ce phénomène d'érosion de l'audience des chaînes généralistes, qui s'explique en partie par la concurrence croissante de nouvelles chaînes distribuées par câble et par satellite, a également été constaté dans la plupart des pays où la réception par câble et par satellite est très développée.