Allez au contenu, Allez à la navigation

Attentat contre l'Alliance française de Karachi (Pakistan)

11e législature

Question écrite n° 07974 de M. Xavier de Villepin (Français établis hors de France - UC)

publiée dans le JO Sénat du 30/04/1998 - page 1349

M. Xavier de Villepin attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur l'attentat contre l'Alliance française de Karachi. Il souhaiterait connaître les motifs qui peuvent expliquer cette attaque contre l'action de la France. Il souhaiterait également savoir si notre communauté française sur place est affectée par ce grave incident.



Réponse du ministère : Affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 09/07/1998 - page 2221

Réponse. - L'honorable parlementaire a bien voulu attirer l'attention du ministre des affaires étrangères sur l'attentat perpétré contre l'Alliance française de Karachi en avril dernier. Les circonstance de cet attentat sont les suivantes. Dans la soirée du 26 au 27 avril 1998, vers une heure du matin, des inconnus ont ouvert le feu, sans faire de victime, sur l'Alliance française de Karachi, et plus particulièrement en direction du restaurant de cet établissement ouvert quelques semaines plus tôt. Ce soir-là, un spectacle de danse contemporaine avait été donné par une troupe française pour l'inauguration du nouvel espace culturel de l'Alliance française. A cette heure, seuls quelques convives étaient encore attablés, pour la plupart français, dont notre consul général. Les assaillants, après riposte des policiers et des gardes de sécurité en faction devant l'établissement, ont pris la fuite. Les autorités de police de Karachi ont ouvert une enquête, qui n'a pas encore abouti. En l'absence de revendications, et selon les informations qui nous ont été transmises par les autorités pakistanaises, diverses hypothèses sont à l'étude, que les résultats de l'enquête en cours devraient clarifier. Notre consul général à Karachi, qui se trouvait dans le restaurant au moment de l'attentat, a pris toutes les mesures nécessaires pour rassurer nos compatriotes et les appeler à la plus grande vigilance, ainsi que pour renforcer la sécurité de nos installations (Alliance française, consulat général), des différents intérêts français dans la ville et des résidences de nos compatriotes expatriés. Le ministère des affaires étrangères a mis en place un crédit exceptionnel pour faire face aux dépenses afférentes à ces mesures supplémentaires de sécurité. L'ambassadeur du Pakistan a été convoqué par le directeur d'Asie et s'est fait notifier les inquiétudes suscitées par cette attaque. Les autorités pakistanaises nous ont assurés qu'un dispositif renforcé de protection serait affecté aux implantations françaises. En marge de ses consultations politiques avec son homologue pakistanais, le secrétaire général du ministère des affaires étrangères s'est rendu à Karachi le 13 mai dernier. M. Dufourcq a ainsi pu inspecter les principales installations françaises dans la capitale du Sindh et rencontrer une bonne partie de notre communauté expatriée. M. Dufourcq a d'abord constaté le bon climat qui règne au sein de la communauté française de Karachi qui garde par ailleurs un contact étroit avec le consulat général. Il a salué le courage et le calme dont nos compatriotes ont fait preuve dans ces circonstances difficiles. Le ministre des affaires étrangères suit avec une attention particulière l'évolution de la situation à Karachi et est plus vigilant que jamais sur les éventuelles atteintes aux intérêts français dans cette ville.