Allez au contenu, Allez à la navigation

Activités contestées du Conseil national des arts culinaires (CNAC)

11e législature

Question écrite n° 10163 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 06/08/1998 - page 2515

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre de la culture et de la communication sur l'information parue à la page IV B du Figaro-Economie du 17 juin 1998 sous le titre " Contribuable si vous saviez ... La Cnac, ou comment mitonner une subvention " selon laquelle " après dix ans d'existence et 52,8 millions de francs de fonds publics englouties, la CNAC est critiquée par toute la profession... C'est toute la gestion du CNAC, son train de vie et ses activités, qui sont contestés ". Il lui demande quelle est sa réaction face à la mise en cause du CNAC, quelle est sa position sur ce sujet et quelles mesures le Gouvernement entend prendre pour remédier à la situation décrite par l'article ci-dessus évoqué sur le Centre national des arts culinaires et les gaspillages de fonds publics qui y seraient constatés.



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 17/09/1998 - page 2986

Réponse. - Le Centre national des arts culinaires, association loi 1901, a été créé en 1990. Il a pour mission la valorisation du patrimoine culinaire français et l'éducation du goût. Le ministère de la culture et de la communication (délégation aux arts plastiques) apporte son soutien à certaines actions réalisées par le CNAC et rentrant dans le cadre des missions relatives à la préservation de savoir-faire d'excellence et de la sensibilisation des publics. Cette association est subventionnée par plusieurs ministères (culture, agriculture et tourisme), qui assurent la tutelle de cet organisme : leurs représentants participent au conseil d'administration, suivent les opérations qu'il réalise et assurent le contrôle de la gestion. Pour ce qui le concerne, le ministère chargé de la culture a apporté en 1997 une subvention de 1,680 MF, permettant au CNAC de remplir une partie de ses missions, relatives à la préservation et à la valorisation du patrimoine culinaire et à l'éducation du goût. Le centre peut se prévaloir de nombreuses réalisations conformes à ses missions, concrétisées avec le partenariat des professionnels : l'inventaire du patrimoine culinaire par l'édition d'ouvrages régionaux en collaboration avec les collectivités territoriales, la création des cent sites remarquables du goût destinés à informer, sensibiliser et éduquer le public, la semaine du goût, réalisée annuellement. A ce propos, le parrainage exercé dans le cadre de la semaine du goût est décidé par une commission de labellisation où le CNAC est minoritaire. Chaque année, des centaines de communes, chambres consulaires, restaurateurs, écoles, artisans des métiers de bouche, marchés, potagers participent à cette fête de tous les goûts. Un programme d'éducation du goût a été réalisé avec l'aide du ministère de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie, comprenant l'organisation de " classes d'éveil sensoriel au goût " et la formation d'instituteurs. Plusieurs opérations ponctuelles sont à mettre à l'actif du CNAC, notamment l'organisation d'un concours " Art sur table " en 1995 valorisant les éditeurs créateurs d'objets de table. Au vu de ses réalisations, il est important de préciser que cet organisme a su prendre de nombreuses initiatives, en fédérant partenaires publics et privés et en aidant à la conservation des savoir-faire et la sensibilisation du grand public