Allez au contenu, Allez à la navigation

Hommage à sir Winston Churchill et à l'héroïsme du peuple britannique face à l'agression nazie

11e législature

Question écrite n° 11772 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 29/10/1998 - page 3401

M. Emmanuel Hamel signale à l'attention de M. le secrétaire d'Etat aux anciens combattants la satisfaction suscitée par l'annonce de l'inauguration, le 11 novembre sur les Champs-Elysées, d'une statue de sir Winston Churchill en présence de sa Majesté la reine d'Angleterre. Il lui demande quelle est l'action du Gouvernement français pour que les jeunes générations de français qui n'étaient pas nées lors de la guerre de 1939-1945 aient conscience du courage grandiose du peuple britannique face aux bombardements de ses villes par l'aviation nazie, et aux menaces de débarquement des Allemands le long des côtes de Grande-Bretagne. Il lui demande combien d'émissions vont être consacrées par les chaînes publiques de télévision et de radio à rappeler aux Français ce grand moment de l'histoire que fut l'héroïsme du peuple britannique, galvanisé par sir Winston Churchill se dressant face à l'agression de l'Allemagne hitlérienne et sauvant ainsi la liberté de l'Europe dans le sang, la sueur et les larmes, selon les termes de l'appel grandiose du Premier ministre britannique, l'été 1940.

Erratum : JO du 05/11/1998 p.3555



Réponse du ministère : Anciens combattants

publiée dans le JO Sénat du 24/12/1998 - page 4107

Réponse. - La question de l'honorable parlementaire pose le problème d'une mémoire européenne de la Seconde Guerre mondiale. Même si les manuels scolaires font allusion, en histoire, aux événements ainsi évoqués, il faut constater que chaque pays engagé dans le conflit a toujours privilégié son histoire nationale et mis en valeur les actions de ses propres ressortissants. Avec la venue du IIIe millénaire, l'apprentissage d'une mémoire commune, où seraient étudiées et confrontées les composantes des mémoires nationales, est un chantier que pour sa part, le secrétaire d'Etat aux anciens combattants entend, développer à travers la notion de " mémorial européen " dont l'étude pourrait être élaborée dès 1999. Le ministère de l'éducation nationale, pour sa mission propre, sera un partenaire naturel de cette réflexion.