Allez au contenu, Allez à la navigation

Accès au public des collections nationales d'oeuvres d'art mises en réserve

11e législature

Question écrite n° 13171 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 24/12/1998 - page 4068

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre de la culture et de la communication sur sa réponse à la question nº 7620 parue à la page 2056 du Journal officiel, Sénat, Débats parlementaires, questions remises à la présidence du Sénat, réponses des ministres aux questions écrites du 25 juin 1998 dans laquelle elle annonce que " le rapport de M. Amsellem sur "le musée, la ville et les populations défavorisées" fait actuellement l'objet d'une analyse approfondie de la part de la direction des Musées de France. Dans cet esprit, le projet, actuellement à l'étude, de réserves hors les murs des musées nationaux pourrait constituer un premier test de valorisation culturelle pour un public élargi d'une politique renouvelée de conservation des collections nationales. " Il lui demande quel est à ce jour le résultat de l'analyse du rapport mentionné ci-dessus et si elle peut lui indiquer si le projet à l'étude en juin 1998 est aujourd'hui en cours de réalisation, pour aboutir à quelles actions, atteindre quels objectifs de politique culturelle.



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 04/02/1999 - page 370

Réponse. - A la suite du rapport remis par M. Guy Amsellem au mois de mars 1998, les services de la direction des Musées de France ont étudié, avec les services préfectoraux concernés, les possibilités d'installation dans une commune proche de Paris de réserves de musées nationaux ouvertes au plus large public. Cette expérience pourrait concerner les collections du Musée national des arts et traditions populaires, en particulier les collection d'arts forains, celles du musée des arts décoratifs et les sculptures monumentales déposées et remplacées par des copies, au Louvre notamment. Le Fonds national d'art contemporain pourrait également participer à ce projet. Des études de faisabilité sont actuellement en cours, en concertation étroite avec les collectivités territoriales concernées, qui ont déjà manifesté leur intérêt.