Allez au contenu, Allez à la navigation

Mise en oeuvre de plan textile

11e législature

Question écrite n° 13985 de M. Joseph Ostermann (Bas-Rhin - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 11/02/1999 - page 430

M. Joseph Ostermann attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à l'industrie sur la situation préoccupante des industries du textile et de l'habillement. En effet, le Parlement a adopté au sein de la loi nº 96-314 du 12 avril 1981 des dispositions permettant la mise en oeuvre d'un plan spécifique d'allégement des charges pour ces industries. Les effets sur l'emploi de ce plan ont été extrêmement positifs. Malheureusement, la Commission européenne, jugeant ces dispositions illégales en raison de leur caractère sectoriel, exige le remboursement des charges non versées pour tout montant supérieur à 1 000 écus. L'application d'une telle décision aurait des conséquences dramatiques pour ce secteur à forte intensité de main-d' oeuvre à nouveau fortement exposé en raison de l'augmentation du coût de l'emploi et de la tendance parallèle à la baisse des prix. Ce risque de perte de compétitivité est d'autant plus réel que s'ajoutent des facteurs monétaires négatifs : dépréciation du dollar, dévaluations asiatiques entraînant un recours plus important des grands appareils de distribution à l'importation alors même que la demande textile faiblit. Tout remboursement aurait donc des conséquences irréversibles sur le plan économique. En outre, sur le plan juridique, un tel remboursement apparaît tout à fait inacceptable. Les entreprises du secteur avaient, en effet, pris des engagements conventionnels avec l'Etat quant à l'embauche de jeunes et à la consolidation des effectifs. Il lui demande donc quelle est la position qu'il entend adopter à l'égard de la Commission et quelles mesures il envisage de prendre pour ne pas pénaliser ce secteur important de notre économie.



Réponse du ministère : Industrie

publiée dans le JO Sénat du 11/03/1999 - page 786

Réponse. - L'honorable parlementaire appelle l'attention sur les préoccupations des entreprises des secteurs textile, habillement, cuir et chaussure, à la suite de la décision de la Commission européenne relative au plan dit Borotra. Avant même son adoption, ce plan avait été analysé par la Commission européenne comme ayant un caractère sectoriel, ce qui est prohibé par le Traité de Rome. En avril 1997, la Commission a pris une décision, qui déclarait le plan illégal et contraignait la France à en arrêter l'application, ainsi qu'à demander aux entreprises le remboursement des aides perçues au-delà des allégements de droit commun. Fin 1997, le Gouvernement a fait appel de cette décision auprès de la Cour de justice de Luxembourg, laquelle n'a pas encore rendu sa décision. Sans attendre, le secrétaire d'Etat à l'industrie a négocié auprès du commissaire Van Miert des aménagements à cette demande : exonération accordée aux entreprises de moins de 50 salariés, franchise de 650 000 francs de remboursement pour toutes les autres. Sur 5 500 entreprises, environ 950 sont concernées. Pour les moins grandes d'entre elles, la somme en cause est minime, celle-ci devenant importante pour les grandes entreprises. Dans l'attente de la décision de la Cour de justice statuant sur le recours de la France contre la décision de la Commission, les négociations se poursuivent avec le commissaire Van Miert. Elles portent sur le délai dont pourraient bénéficier les entreprises pour rembourser dans l'hypothèse d'un jugement défavorable à la France, ainsi que sur le taux d'intérêt qui serait exercé. Au plan juridique, l'honorable parlementaire s'interroge sur les possibilités pour une entreprise de faire valoir un préjudice créé par la décision de la Commission. On peut observer que les conventions signées par les entreprises ont une force juridique inférieure à celle d'un éventuel arrêt de la Cour de justice confirmant la décision de la commission et ne pourraient donc vraisemblablement pas lui être opposées. Néanmoins, seul le juge serait à même de trancher ce point en cas de recours d'une entreprise. Cette décision de la Commission intervient dans un contexte économique dégradé pour le secteur, notamment du fait d'un accroissement de la compétitivité des importations des pays à faibles coûts salariaux. Le Gouvernement s'attache à alléger le coût du travail dans les entreprises de main-d' uvre. C'est le cas par la suppression progressive de la part salariale de la taxe professionnelle, ainsi que par l'incitation financière additionnelle pour les entreprises de main-d' uvre qui appliqueront au plus tôt la réduction et l'aménagement du temps de travail. Les professions concernées ont par ailleurs fait valoir leur intérêt pour une nouvelle mesure d'allégement des charges sur les bas salaires. Les services du secrétariat d'Etat à l'industrie examinent ces propositions qui devront faire l'objet d'une concertation interministérielle, afin qu'en soient analysés l'intérêt et les contraintes.