Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de l'A 79

11e législature

Question écrite n° 15455 de M. Marcel Vidal (Hérault - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 08/04/1999 - page 1123

M. Marcel Vidal attire l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports et du logement sur le projet de l'A 79. Ce projet qui viserait à résoudre les problèmes de saturation des autoroutes A 7 et A 9 suscite de fortes inquiétudes et des oppositions de la part des populations locales et des élus. On peut en effet s'interroger sur l'opportunité de réaliser une telle infrastructure dans les sites encore préservés des Cévennes ou de la vallée de l'Hérault, tant ce projet, qui est présenté en termes d'aménagement du territoire, va à l'encontre de la politique de protection et de valorisation des espaces naturels, conduite par les collectivités locales de l'Hérault et du Gard. Après avoir été semble-t-il abandonné, ce projet d'autoroute apparaît à nouveau dans certains documents préparatoires du futur contrat Etat-Région. Aussi, lui demande-t-il de lui indiquer la position de son ministère sur ce projet autoroutier.



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 08/07/1999 - page 2332

Réponse. - Toute référence à l'autoroute A 79, dans un document préparatoire au futur contrat de plan entre l'Etat et la région, ne pourrait avoir qu'une valeur de simple proposition de groupe de travail. L'A 79 ne constitue qu'une hypothèse de réflexion pour contribuer à la fluidité du trafic dans la vallée du Rhône. En effet, si l'axe Nord-Sud connaît dans le couloir rhodanien des problèmes de congestion croissants, la réponse à ces difficultés ne peut être que plurimodale et doit s'inscrire dans le cadre de la loi sur l'aménagement et le développement durable du territoire. Ce texte prévoit en particulier de substituer aux actuels schémas modaux, des schémas de services collectifs de transports de marchandises et de voyageurs. Les réflexions sur ces schémas sont en cours et donnent lieu actuellement, sous la conduite des préfets de région, à des concertations sur les objectifs de services de transport. Ces réflexions s'attachent à comparer l'ensemble des scénarios envisageables afin d'assurer la fluidité des trafics, y compris en période estivale.