Allez au contenu, Allez à la navigation

Eventuel courrier du Président de la République du Venezuela à un terroriste emprisonné en France

11e législature

Question écrite n° 15993 de M. José Balarello (Alpes-Maritimes - RI)

publiée dans le JO Sénat du 29/04/1999 - page 1360

Un grand quotidien vient de rapporter que le Président de la République du Venezuela aurait écrit récemment au terroriste Carlos en des termes particulièrement amicaux allant même jusqu'à le comparer à Simon Bolivar, libérateur du Venezuela et de la Colombie du joug espagnol et fondateur de la Bolivie. Or, Carlos est emprisonné en France depuis plusieurs années pour des attentats qui ont fait de nombreuses victimes innocentes, notamment parmi les forces de l'ordre. M. José Balarello demande à M. le ministre des affaires étrangères de lui faire connaître si cette missive a réellement existé et dans l'affirmative, de lui préciser quelle réaction a eu le Gouvernement français à l'égard d'une telle initiative qui ne peut que cautionner le terrorisme international qui s'exprime à l'encontre des démocraties.



Réponse du ministère : Affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 19/08/1999 - page 2741

Réponse. - L'honorable sénateur a bien voulu interroger le ministre des affaires étrangères sur un éventuel courrier du Président de la République du Venezuela à un terroriste emprisonné en France. L'existence d'une lettre du Président du Venezuela, M. Hugo Chavez, à Ilitch Ramirez Sanchez, dit " Carlos ", a été rendue publique dans la presse. Il résulte de l'enquête diligentée par l'administration pénitentiaire qu'aucun courrier officiel émanant des autorités vénézuéliennes n'a transité par le greffe de la maison d'arrêt où le terroriste est détenu. Néanmoins, le Président du Venezuela ayant confirmé l'existence et le contenu des extraits de la lettre publiés dans la presse, l'ambassadeur du Venezuela en France a été convoqué le 21 avril au ministère des affaires étrangères. Il lui a été demandé de faire part aux autorités vénézuéliennes de la surprise des autorités françaises.