Allez au contenu, Allez à la navigation

Suppression des classes bilingues allemand-anglais en 6e

11 ème législature

Question écrite n° 17306 de M. Christian Bonnet (Morbihan - RI)

publiée dans le JO Sénat du 24/06/1999 - page 2106

M. Christian Bonnet appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie sur l'émotion avec laquelle parents d'élèves et professeurs d'allemand ont accueilli l'annonce de la suppression, à la rentrée prochaine, des classes bilingues allemand-anglais en 6e. Ces classes, dont les effectifs actuels sont là pour témoigner qu'elles répondent à une attente des familles, s'inscrivent d'autant mieux dans le processus de construction européen qu'elles constituent un facteur de rééquilibrage au sein d'un apprentissage linguistique très largement dominé par la langue anglaise. Autant qu'une source d'enrichissement culturel précoce - et chacun sait combien la précocité est une chance supplémentaire de succès dans l'apprentissage d'une langue -, elles constituent les ferments de relations durables et solides avec un pays dont chaque sommet offre une occasion de rappeler l'importance de nos liens politiques, économiques et culturels. Ils lui demande en conséquence si, à la lumière de ces éléments, il n'envisage pas de revoir cette décision.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 16/09/1999 - page 3077

Réponse. - La maîtrise des langues étrangères est aujourd'hui le gage d'une ouverture des élèves sur le monde en même temps qu'un facteur décisif d'insertion sociale et professionnelle. Elle constitue à ce titre une priorité dans la formation des jeunes. Cette formation doit être assurée en anglais mais aussi dans d'autres langues étrangères. Pour répondre à ces besoins, une réflexion globale sur l'enseignement des langues est actuellement en cours au sein du ministère de l'éducation nationale de la recherche et de la technologie. Elle vise à améliorer le niveau de nos élèves en langues vivantes, notamment en communication orale. La généralisation de l'enseignement des langues vivantes à l'école primaire, sous la forme d'un véritable apprentissage, devrait constituer un facteur important de l'amélioration des compétences linguistiques des élèves. A la rentrée 1999, la quasi-totalité des élèves des classes de CM 2 bénéficieront d'un enseignement de langues vivantes et cette mesure devrait être étendue aux CM 1. Les parents d'élèves pourront donc inscrire leurs enfants dans la langue de leur choix dès lors qu'ils pourront constituer un groupe suffisamment nombreux et que cet enseignement pourra être poursuivi au collège du secteur. En sixième, l'étude d'une seule langue vivante est prévue par la réglementation. L'apprentissage de la seconde langue commence au niveau de la classe de quatrième.