Allez au contenu, Allez à la navigation

Lutte contre l'analphabétisation en Ethiopie

11e législature

Question écrite n° 18975 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 23/09/1999 - page 3120

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre délégué à la coopération et à la francophonie sur l'étude du Conseil économique et social intitulé " Quelles relations avec les pays situés dans la zone du détroit de Bab-El-Mandeb ? " présenté au cours de la séance du 6 juillet 1999 de cette même assemblée, dans lequel ses auteurs estiment, à la page 71, que " le soutien et le financement d'écoles communales dans les quartiers pauvres permettraient de lutter contre l'analphabétisation... " Il lui demande sous quelle forme et dans quelle mesure la France envisage son soutien aux écoles des quartiers pauvres des pays situés dans la zone mentionnée ci-dessus.



Réponse du ministère : Coopération

publiée dans le JO Sénat du 04/11/1999 - page 3628

Réponse. - La France consent un effort très important dans le domaine de l'éducation en Ethiopie (notamment une enveloppe de plus de 11 MF en 1999 pour le lycée Guebre Mariam à Addis Abeba où plus de 1 200 Ethiopiens sont scolarisés de la maternelle à la terminale). Les élèves éthiopiens à la sortie du lycée s'intègrent le plus souvent aux échelons les plus élevés des cadres de la nation, notamment, dans le domaine éducatif. D'autre part, le bureau linguistique de l'ambassade soutient plusieurs écoles dans des zones rurales très défavorisées. Enfin, lorsque l'enveloppe d'urgence du poste le permet, ce bureau essaie de contribuer, par des aides ponctuelles, à l'amélioration de la condition des habitants des quartiers les plus pauvres d'Addis Abeba en favorisant aussi le secteur éducatif. On note également que le Fonds européen de développement auquel la France contribue à hauteur de 25 % devrait être utilisé à moyen terme dans le domaine de l'éducation, secteur qui fait l'objet d'un plan quinquennal gouvernemental. Dans ce cadre, le bureau de coopération linguistique a déjà prévu de fournir un appui à la formation des chefs d'établissement éthiopiens.