Allez au contenu, Allez à la navigation

Création d'emplois-jeunes dans les clubs sportifs

11e législature

Question écrite n° 20758 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 25/11/1999 - page 3844

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre de la jeunesse et des sports sur l'entretien du secrétaire général du Concours national des projets d'insertion par le sport paru dans le quotidien Le Figaro du 29 octobre 1999 et au cours de laquelle il explique que " les villes embauchent ds éducateurs, des médiateurs... Mais ces postes ne sont jamais attribués aux clubs sportifs. Il y aurait pourtant des milliers de postes à créer. Dans le secteur social, on compte environ un éducateur pour sept à huit jeunes ; dans l'animation un pour dix ; dans le sport un pour vingt ou trente... " Il lui demande de lui indiquer sa réaction à l'égard de ces propos, aimerait savoir si elle est d'accord avec ce qui a été dit et connaître les mesures envisagées pour remédier à cette situation.



Réponse du ministère : Jeunesse

publiée dans le JO Sénat du 29/06/2000 - page 2322

Réponse. - Les propos parus dans le quotidien Le Figaro du 29 octobre 1999 ne sont pas rapportés intégralement et leur interprétation requiert donc une grande prudence. En tout état de cause, deux points sont à nuancer : l'opposition apparente entre les villes qui seraient employeurs et les clubs qui ne le seraient pas, et la comparaison entre le nombre de jeunes confiés à un éducateur social et à un éducateur sportif. Les villes comme les clubs sportifs peuvent être employeurs d'éducateurs sportifs. Le rôle des collectivités locales n'est pas d'embaucher des éducateurs sportifs pour les placer dans les clubs, qui constituent réellement un gisement d'emplois important. Si bien souvent les clubs n'ont pas une capacité financière suffisante pour embaucher, ils ont pu ces dernières années, grâce aux différentes aides de l'Etat, créer un grand nombre d'emplois d'éducateurs sportifs. Depuis 1996, plus de 6 000 emplois ont été créés dans les clubs sportifs à l'aide de la mesure " convention sport emploi 65 000 " du plan sport-emploi, qui est financée à la fois par le budget du ministère de la jeunesse et des sports et par le Fonds national pour le développement du sport (FNDS). En ce qui concerne les emplois jeunes, le bilan de 44 541 au 1er avril 2000 fait état, d'une part, de 14 617 créations d'emplois par les collectivités territoriales (tous types d'emplois confondus), et, d'autre part, de 16 784 créations d'emplois d'éducateurs sportifs, et de 9 247 créations d'emplois socio-sportifs (tous employeurs confondus). Il est certain que beaucoup d'emploi peuvent encore être créés dans les clubs. Toutefois, comparer le nombre de jeunes confiés à un éducateur dans les secteurs social et sportif ne le prouve en rien. Le travail des éducateurs sociaux est différent de celui des éducateurs sportifs et doit être plus individualisé en raison des difficultés diverses que rencontre le public auquel ils s'adressent. Il est donc logique que le nombre de jeunes confiés à un éducateurs sportif. La mise en place de la convention collective du sport, en cours de négociation entre les partenaires sociaux, devrait développer la création d'emplois dans ce secteur.