Allez au contenu, Allez à la navigation

Notation aux examens du CAP et du BEP

11e législature

Question écrite n° 30464 de M. Roger Karoutchi (Hauts-de-Seine - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 18/01/2001 - page 124

M. Roger Karoutchi appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur les inquiétudes des dirigeants d'entreprises artisanales franciliennes suite à l'arrêté ministériel du 20 novembre 2000 relatif à la notation aux examens du certificat d'aptitude professionnelle (CAP) et du brevet d'études professionnelles (BEP). Cette évolution de la législation a pour conséquence de supprimer les notes éliminatoires pour l'obtention de ces diplômes sanctionnant un cursus formatif de niveau V. Ainsi, à compter de la session de juin 2001, les candidats pourront obtenir leur CAP ou leur BEP sans convenablement maîtriser toutes les matières au programme. Or, la qualité des prestations des entreprises artisanales repose avant tout sur la qualification et le professionnalisme de leur main-d' oeuvre, majoritairement issue de ce type de formation. Par conséquent, il lui demande de lui préciser quelles mesures le Gouvernement entend prendre pour garantir la valeur de ces diplômes et rassurer les employeurs sur la qualification de leurs futures recrues.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 17/05/2001 - page 1680

Réponse. - L'arrêté du 20 novembre 2000 relatif à la notation aux examens du certificat d'aptitude professionnelle et du brevet d'études professionnelles, paru au Journal officiel du 29 novembre 2000, vise à harmoniser les principes de notation concernant l'ensemble des diplômes professionnels. Désormais, la notation aux épreuves obligatoires et facultatives des CAP et BEP s'effectue de zéro à vingt en points entiers ou en demi-points. Avant cet arrêté, les notes étaient exprimées en points entiers. Pour autant, il ne modifie en rien les dispositions réglementaires actuelles sur les notes éliminatoires. Ainsi, quand une note éliminatoire est prévue dans le règlement d'examen d'un diplôme, elle continue d'exister tant que le règlement d'examen de ce diplôme n'a pas été modifié. Toutefois, une réflexion est engagée sur la nécessité du maintien des notes éliminatoires dans certains règlements d'examen des diplômes de niveau V, seuls diplômes où subsiste encore cette règle. Le CAP, et dans une moindre mesure le BEP, restent des diplômes difficiles à acquérir. Il ne paraît pas équitable que cette difficulté soit renforcée par le maintien de notes éliminatoires dans ces seuls diplômes, qui sont généralement le premier niveau de qualification dans un métier. S'il y a lieu, les modifications seront proposées, en suivant la procédure habituelle de consultation des instances paritaires, au fur et à mesure de la rénovation des diplôme. Par ailleurs, la réglementation spécifique aux conditions de délivrance des BEP et CAP (règle dite de la double moyenne), qui privilégie les matières constitutives du domaine professionnel qui ont un c fficient plus fort que les matières d'enseignement général, peut être considérée comme un garant suffisant du professionnalisme des titulaires d'un CAP ou d'un BEP. Enfin, en ce qui concerne la réglementation relative à la notation aux examens du brevet professionnel, qui concerne également les examens du brevet de technicien supérieur et du baccalauréat professionnel, elle résulte d'un arrêté du 24 juillet 1997, qui a institué le principe de la notation de zéro à vingt en points entiers ou en demi-points aux unités constitutives de ces diplômes. Cet arrêté, pas plus que celui relatif aux CAP et aux BEP, n'a modifié les dispositions spécifiques des arrêtés de spécialité des brevets professionnels, qui peuvent prévoir ou pas des notes éliminatoires.