Allez au contenu, Allez à la navigation

Sécurité des salariés en contact avec le public

11e législature

Question écrite n° 31586 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 01/03/2001 - page 707

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports et du logement sur la réponse du ministre de l'emploi et de la solidarité à la question nº 21373 parue à la page 2572 du Journal officiel, questions remises à la présidence du Sénat, réponses des ministres aux questions écrites du 20 juillet 2000, au cours de laquelle il est précisé que désormais plusieurs entreprises publiques, notamment la RATP " travaillent à préparer et former leurs salariés pour qu'ils soient capables de gérer des relations conflictuelles potentielles violentes ". Il lui demande quelles mesures en ce sens ont été prises au cours de l'année 2000. Quelles seront-elles en 2001 ? Dans l'espoir de quels résultats ?



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 03/05/2001 - page 1526

Réponse. - Pour protéger ses salariés exposés à des incivilités, des violences ou des aggressions, la RATP s'est dotée des moyens permettant de les sensibiliser à ces phénomènes par des formations préventives qui visent à leur donner une partaite connaissance des risques et la maîtrise des moyens indispensables pour les contrôler. Les séminaires que la régie organise font connaître les attitudes à adopter en face de la violence sous toutes ses formes. Ils s'insèrent dans une stratégie d'ensemble visant à réduire le taux des incidents. A cet effet, des test physiques et psychotechniques ont été ajoutés aux épreuves de sélections des agents de conduite et les aptitudes relationnelles de l'ensemble des agents en contact avec le public sont vérifiées. En outre, la recrudescence des violences urbaines a conduit à mettre en place des matériels et des dispositif de sécurité, de surveillance et de prévention tels que caméras, cabines antiagression, intervention dans les collèges... Grâce à ces mesures, les transports collectifs devraient à nouveau participer à cet agrément de la vie en ville auquel leur histoire les associe intimement.