Allez au contenu, Allez à la navigation

Bilan de la campagne d'incitation au dépistage du virus de l'hépatite C (VHC)

11e législature

Question écrite n° 31766 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 08/03/2001 - page 807

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre délégué à la santé sur la réponse de madame le ministre de l'emploi et de la solidarité à la question nº 5642 parue à la page 3011 du Journal officiel, questions remises à la présidence du Sénat, réponses des ministres aux questions écrites du 31 août 2000, et dans laquelle il est annoncé qu'" une campagne d'incitation au dépistage du VHC, visant notamment les anciens transfusés et les usagers de drogue par voie intraveineuse, a été réalisée en mars 2000 ". Il aimerait savoir quels ont été les résultats et les suites de cette campagne d'incitation au dépistage du VHC.



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 07/03/2002 - page 733

L'un des objectifs du plan gouvernemental de lutte contre l'hépatite C (1999-2002) est d'améliorer la proportion de personnes séropositives qui connaissent leur statut sérologique. La campagne d'incitation au dépistage lancée le 28 juin 2000 visait à inciter les médecins généralistes à rechercher les situations à risque chez leurs patients en vue d'une proposition de dépistage. A cette fin, ont été diffusés aux médecins, aux structures prenant en charge les usagers de drogues et aux associations de patients des livrets et des dépliants d'information ainsi que des affiches. L'évaluation de cette campagne auprès de 250 médecins généralistes a donné une appréciation globale positive et a montré que 91 % ont prescrit le mois précédant l'évaluation au moins un test de dépistage. En juin 2001, une deuxième campagne, cofinancée par le ministère chargé de la santé et l'assurance maladie, a été lancée. Il s'agissait d'une campagne média prolongée visant à informer le grand public sous forme d'annonces dans 70 titres de la presse quotidienne régionale et nationale en juin puis de messages sur les radios, diffusés en septembre et octobre 2001. Les annonces de presse informaient du caractère silencieux et potentiellement grave de la maladie, en insistant sur les chances accrues de guérison en cas de prise en charge précoce. Elles mentionnaient les situations à risque nécessitant un dépistage. Les personnes transfusées pouvant ignorer les transfusions reçues ont été considérées comme situations à risque ayant pu être exposées à des transfusions avant 1992 : une intervention chirurgicale importante, un séjour en réanimation, une hémorragie digestive, un accouchement difficile, des soins en néonatalogie ou en pédiatrie pour une maladie grave. L'usage de drogues, par voies intraveineuse ou nasale, y figurait également. Les messages radio ont repris les principales situations à risque en insistant sur le fait que l'hépatite C peut se soigner. En outre, depuis juin 2000, un dépliant actualisé sur les indications du dépistage a été diffusé et peut être consulté dans le dossier " Hépatite C " du site internet du ministère chargé de la santé. Enfin, les livrets, dépliants et affiches actualisés ont été à nouveau diffusés à 93 000 médecins ainsi qu'aux structures prenant en charge les usagers de drogues et les personnes incarcérées et aux associations de patients. L'impact de ces campagnes se reflète par des pics d'appel enregistrés par le numéro vert " Hépatites Info Service ". L'évaluation de la campagne 2001 auprès d'un échantillon de 1 100 personnes de la population générale (dont un sur-échantillon de 100 jeunes de 15 à 25 ans) a montré, en déclaration spontanée, que 63 % avaient déjà entendu parler de l'hépatite C. Parmi les personnes questionnées sur l'hépatite C, 26 % citaient la transmission par transfusion et 17 % la transmission par l'échange de seringues. En outre, 96 % étaient d'accord pour dire qu'on peut dépister l'hépatite C et 18 % se sentaient concernées par le risque. Les résultats de la surveillance de l'activité de dépistage par l'Institut national de veille sanitaire sont attendus. Une nouvelle campagne média d'incitation au dépistage est prévue en 2002.