Allez au contenu, Allez à la navigation

Politique en faveur de l'architecture

11e législature

Question écrite n° 31821 de M. Marcel Vidal (Hérault - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 15/03/2001 - page 875

M. Marcel Vidal demande à Mme le ministre de la culture et de la communication de bien vouloir lui préciser les actions qu'elle envisage de mener pour sensibiliser un plus large public aux enjeux et aux différentes pratiques de l'architecture contemporaine. A Paris, le pavillon de l'Arsenal et l'Institut français d'architecture remplissent cette mission de diffusion de la culture architecturale en France, même si le public des professionnels est le premier concerné. A Bordeaux, Arc en Rêve constitue une expérience innovante en ce domaine, associant des visites guidées d'édifices, des ateliers scolaires à la programmation de grandes expositions, qui ouvrent le métier de l'architecture à la curiosité du public, Parallèlement au rôle essentiel joué par les conseils en architecture, urbanisme et environnement, ne serait-il pas opportun, en effet, de réfléchir à la création de " maisons de l'architecture " en régions, susceptibles de promouvoir au quotidien la valeur de l'acte qui consiste à bâtir et d'encourager progressivement nos concitoyens à faire appel plus fréquemment à un architecte, dans le souci complémentaire de voir émerger une plus grande qualité de l'urbanisme et une meilleure protection de l'environnement sur l'ensemble de notre territoire.



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 14/06/2001 - page 2001

L'honorable parlementaire a attiré l'attention de madame la ministre de la culture et de la communication sur les actions conduites par la direction de l'architecture et du patrimoine en matière de diffusion et de promotion de l'architecture auprès des publics les plus larges. La ministre rappelle qu'outre l'IFA/Chaillot, Arc en Rêve à Bordeaux et Le Pavillon de l'Arsenal (ville de Paris) s'est constitué à présent sur le plan national un réseau de pôles de diffusion de l'architecture que soutiennent, sur projet, la direction de l'architecture et du patrimoine et les directions des affaires culturelles. Ces pôles présentent des échelles variables et développent des actions liées à leur programmation. Parmi ces pôles, il faut mentionner le réseau national des villes et pays d'art et d'histoire ; le Frac Centre à Orléans dévolu à la recherche architecturale comtemporaine ; les centres culturels de rencontre : Arc et Senans (thème de l'utopie), celui de la Tourette (thème de la parole de l'architecte), celui de Lavoûte-Chillac en Haute-Loire (thème de paysage). A ces différentes structures, il convient de rajouter parmi les plus importantes les maisons de l'architecture de Rhône-Alpes et de l'Isère et l'atelier d'urbanisme : l'APUMP, association de professionnels de l'urbanisme de Midi-Pyrénées ainsi que le centre méridional de l'architecture et de la ville à Toulouse. Il faut également rappeler qu'une étude concernant les maisons de ville a été confiée à Bernard Kohn en 1999. Cette étude a permis de réfléchir sur les modalités de faisabilité de ces lieux à promouvoir au sein des cités. C'est ainsi que certaines collectivités sont déjà particulièrement impliquées, à travers les conventions de ville, dans la création de maisons de l'architecture et de la ville : Athis-Mons, Grenoble et la ville d'Annecy avec son centre d'interprétation de la ville. Des CAUE privilégient également l'émergence des maisons de " l'architecture et de l'habitat " en se regroupant avec l'Agence d'information sur le logement (ADIL). Il s'agit des CAUE du Bas-Rhin, de l'Orne et de Picardie. Enfin, certains lieux qui ne sont pas, a priori, destinés à l'architecture sont amenés à susciter des expositions sur des courants architecturaux. Par exemple : l'institut d'art de Villeurbanne, le musée de Dunkerque... Ces différentes structures qui ne cessent de se développer maillent progressivement l'ensemble du territoire. Elles sont susceptibles de promouvoir dans la cité la culture architecturale contemporaine, de sensibiliser progressivement les habitants à la qualité urbaine et à les inciter à recourir plus volontiers aux compétences de l'architecte.