Allez au contenu, Allez à la navigation

Pénurie d'ophtalmologistes

11e législature

Question écrite n° 31894 de M. Jean-Pierre Raffarin (Vienne - RI)

publiée dans le JO Sénat du 15/03/2001 - page 883

M. Jean-Pierre Raffarin attire l'attention de Mme le ministre de l'emploi et de la solidarité sur la situation démographique préoccupante des ophtalmologistes en France. Comptant actuellement 5 300 médecins, l'ophtalmologie est l'une des spécialités dont les effectifs pourraient le plus décroître d'ici à vingt ans si les facteurs qui déterminent les évolutions démographiques de la profession restent stables. Avec l'hypothèse théorique d'un numerus clausus inchangé, et d'un maintien à l'identique des postes d'internes en discipline chirurgicale et des comportements des étudiants en matière de choix de la spécialité, on estime que cinquante à soixante jeunes médecins seront issus chaque année de l'internat d'ophtalmologie. Cet apport ne sera pas suffisant pour compenser les retraits d'activités. Face à ce constat, il lui demande si elle envisage de doubler dans les trois ans qui viennent le nombre de postes d'internes formateurs en ophtalmologie afin d'enrayer d'ici à 2003 la pénurie au sein de cette spécialité ?



Réponse du ministère : Emploi

publiée dans le JO Sénat du 31/05/2001 - page 1851

Réponse. - Le rapport Polton du centre de recherche d'études et de documentation en économie de la santé (CREDES) a présenté l'analyse des différents éléments susceptibles d'intervenir dans l'évolution de la démographie médicale, compte tenu de la baisse de la démographie médicale, qui devrait s'accélérer à partir de 2007/2008. La répartition entre spécialites et généralistes fait apparaître un nombre de spécialistes supérieur aux généralistes : le nombre de médecins en exercice début 1998 était de 191 500 (49 % de médecins généralistes et 51 % de médecins spécialistes). Cependant la baisse démographique est inégalement répartie sur les différentes spécialités et l'ophtalmologie est une des spécialités les plus concernées avec la pédiatrie et la gynécologie obstétrique notamment. D'autre part, on constate une augmentation des médecins salariés : la proportion de médecins exclusivement salariés parmi les médecins spécialistes a fortement augmenté passant de 26 à 50 % entre 1973 et 1999, ainsi qu'une émergence des femmes dans la profession, notable au fil des années : de 14 % en 1968, ce taux de féminisation est passé à 35 % pour les généralistes et à 36 % pour les spécialistes au 1er janvier 1999. Enfin, il existe une inégale répartition sur le territoire : d'importantes disparités départementales existent au sein des régions et sont plus marquées parmi les médecins généralistes libéraux (exclusifs ou mixtes). Devant ce constat, des mesures ont été prises sur le numerus clausus de l'examen de fin de première année des études médicales qui, après avoir été fixé à 3 700 pour l'année universitaire 1998/1999 a été porté à 3 850 pour l'année universitaire 1999/2000 et à 4 100 pour l'armée universitaire 2000/2001. De plus, en ce qui concerne l'internat, trois filières nouvelles ont été créées, la gynécologie obstétrique et médicale, l'anesthésie et la pédiatrie. Mais il ne peut s'agir de la seule réponse à la situation de baisse démographique du corps médical tant au niveau national que départemental. C'est pourquoi, la ministre de l'emploi et de la solidarité a demandé à ses services, dans le cadre d'un groupe de travail ministériel consacré à l'avenir de la démographie médicale, de proposer des solutions permettant de faire face à cette évolution afin d'atténuer les inégalités départementales d'accès aux soins. La préservation de la qualité du service rendu est en effet une priorité du Gouvernement. Les conclusions de ce groupe seront remises à la ministre prochainement et serviront de base à une concertation large menée avec l'ensemble des professionnels de santé sur les solutions à mettre en uvre au cours des prochaines années, en particulier pour adapter les flux de praticiens formés aux besoins de la population et pour réduire les disparités régionales constatées au niveau de l'offre.