Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation en Afghanistan

11e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 0508G de M. Aymeri de Montesquiou (Gers - RDSE)

publiée dans le JO Sénat du 01/06/2001 - page 2550

M. Aymeri de Montesquiou. Voilà deux mois, le monde, atterré, assistait au dynamitage des bouddhas de Bamian, oeuvre majeure de notre patrimoine mondial, symbole d'une époque où bouddhisme, christianisme et islam cohabitaient en Afghanistan. Ce vandalisme consternant et imbécile nous a rappelé la situation scandaleuse des femmes afghanes, privées de tous leurs droits. Voilà trente ans, elles pouvaient choisir entre tradition et modernité. Aujourd'hui, ce recul consternant vers l'obscurantisme fait de leur pays une caricature de l'islam.
Voilà dix jours, nous apprenions que les Afghans de tradition hindoue seraient condamnés à porter un signe distinctif, nouvelle qui nous replongeait dans la période infamante de l'étoile jaune.
Le commandant Massoud s'est rendu voilà peu en France, où l'exécutif l'a reçu avec l'apparence de l'indifférence (Murmures sur les travées socialistes)...
M. Ladislas Poniatowski. En cachette !
M. Aymeri de Montesquiou. ... et de la tiédeur. Seul M. le président du Sénat a tenu à lui rendre un hommage à la hauteur de son courage...
M. Ladislas Poniatowski. Très bien !
M. Aymeri de Montesquiou. ... et de l'admiration que nous lui portons. (Applaudissements sur les travées du RDSE, des Républicains et Indépendants, du RPR et de l'Union centriste.)
M. René-Pierre Signé. C'était bien préparé !
M. Aymeri de Montesquiou. La France, dans l'esprit de nombreux citoyens du monde, demeure le pays des droits de l'homme.
Monsieur le ministre, face à ce pouvoir qui nie les droits les plus élémentaires des hommes, et surtout des femmes, et qui, de plus, déverse des quantités considérables de drogues en Europe, via l'Asie centrale, comment justifiez-vous la politique de neutralité active que vous conduisez à son égard ?
Que comptez-vous faire pour que soient rendues au peuple afghan les libertés les plus essentielles ? Et que pouvons-nous faire, nous tous, toutes tendances confondues, dont l'apathie confine à l'indifférence et côtoie la lâcheté ? (Applaudissements sur les travées du RDSE, de l'Union centriste, du RPR et des Républicains et Indépendants.)
Mme Hélène Luc. Toutes les sénatrices, avec le président, ont reçu des femmes afghanes !
M. Jean-Claude Gaudin. Vous avez bien fait !
Mme Hélène Luc. Et cela tous groupes confondus !
M. René-Pierre Signé. Félicitons le président !
M. Jean-Claude Gaudin. Et Mme Luc !
Mme Hélène Luc. Je ne peux donc pas laisser dire que nous sommes indifférentes !



Réponse du ministère : Affaires européennes

publiée dans le JO Sénat du 01/06/2001 - page 2550

M. Pierre Moscovici, ministre délégué chargé des affairees européennes. Monsieur le sénateur, il y a entre nous une convergence d'analyse et de détermination qui ne justifie pas les quelques accents polémiques que vous avez placés dans votre question... (Protestations sur les travées des Républicains et Indépendants et du RPR.)
Plusieurs sénateurs du RPR. C'est la vérité !
M. Pierre Moscovici, ministre délégué. La France dénonce vigoureusement, et avec constance, la nature du régime taliban et la façon effectivement atterrante dont il traite sa population !
Mme Marie-Claude Beaudeau. Il ne faut pas recevoir de ministre taliban !
Mme Hélène Luc. C'est vrai !
M. Pierre Moscovici, ministre délégué. S'agissant des violations des droits de l'homme, la France stigmatise la condition scandaleuse faite aux femmes par le régime taleb au nom d'une idéologie intégriste. Il s'agit d'une injustice permanente, je le dis ici. L'annonce récente, par exemple, de l'interdiction faite aux membres du programme alimentaire mondial d'employer des femmes pour distribuer du pain doit être doublement dénoncée, à la fois parce qu'elle démontre un aveuglement singulier et parce qu'elle fait peser des menaces sur la population.
De même, nous avons, comme vous, dénoncé la décision récente d'imposer un signe distinctif, - il est jaune, effectivement - aux non-musulmans, ce qui nous ramène à une période tragique de notre propre histoire. Il faut changer les choses dans ce pays, dont le régime est muré dans une logique d'isolement et d'enfermement. Ce ne sera ni facile ni rapide, nous le savons, mais nous voulons y travailler.
Notre premier objectif est d'aider le peuple afghan, première victime du régime des talibans, et ce sont les organisations non gouvernementales, en particulier les ONG françaises, qui peuvent aujourd'hui faire quelque chose sur place pour la population.
Le commandant Massoud, que vous avez cité, a été reçu personnellement et, je puis vous l'assurer, sans aucune indifférence ni tiédeur par M. Védrine. Il nous a dit qu'il comptait sur nous pour poursuivre et renforcer notre effort humanitaire. C'est ce que nous faisons, parce que la situation humanitaire est grave, voire dramatique. Le Gouvernement a décidé d'augmenter substantiellement l'aide que nous apportons par différents canaux : les Nations unies, la Croix-Rouge, les ONG. Ce sont plus de 30 millions de francs qui ont été débloqués depuis le début de l'année.
Parallèlement, et c'est normal, nos efforts invitent à une solution politique de la crise afghane. C'est difficile, mais il faut combiner tous les moyens d'action disponibles : contacts avec toutes les parties, y compris les proches du roi, soutien à l'action des Nations unies et aux efforts du secrétaire général - dont M. Védrine a invité, je vous l'annonce, le représentant personnel à se rendre à Paris très prochainement - pression sur tous les pays pouvant avoir une influence sur les talibans ; je pense en particulier au Pakistan.
Enfin, vous avez mentionné une politique de neutralité active. Je conteste formellement ce jugement, parce que nous estimons que des sanctions à l'égard du régime des talibans font partie de cet ensemble. Il ne saurait y avoir de solution militaire ou imposée de l'extérieur. Seul un dialogue entre toutes les composantes du pays peut déboucher sur une solution durable, et je voulais vous dire, monsieur le sénateur, que tous nos efforts tendent vers ce but. (Applaudissements sur les travées socialistes, ainsi que sur celles du groupe communiste républicain et citoyen.)