Allez au contenu, Allez à la navigation

Accès aux vacances collectives

11e législature

Question écrite n° 33877 de M. Bernard Murat (Corrèze - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 21/06/2001 - page 2061

M. Bernard Murat attire l'attention de Mme le ministre de la jeunesse et des sports sur l'accès aux vacances collectives. Aujourd'hui, en France, un enfant sur trois ne part pas en vacances. En effet, chaque année, sur 11 millions d'enfants et d'adolescents, ils sont 3 millions, de tous milieux, qui se trouvent en prise au désoeuvrement, sans autre horizon que leur environnement quotidien. Cette situation touche tant les familles défavorisées que les familles modestes qui se trouvent au-dessus des seuils d'accessibilité aux aides. Parce qu'il permet, dans une ambiance de détente et de jeux, de découvrir d'autres lieux, de nouvelles activités, de construire et de partager des projets avec les autres, le départ en vacances est un élément important du développement personnel, social et culturel de chaque individu. C'est pourquoi il lui demande de bien vouloir lui indiquer les propositions qu'elle entend formuler afin d'améliorer l'accès aux vacances collectives.



Réponse du ministère : Jeunesse

publiée dans le JO Sénat du 11/10/2001 - page 3272

Mme la ministre de la jeunesse et des sports est convaincue de la nécessité de permettre l'accès de tous les enfants à des vacances collectives offrant un accueil et des activités de qualité. Le temps des loisirs, le temps des vacances doivent effectivement devenir des temps priviliégiés pour favoriser le processus de socialisation, le développement personnel et l'épanouissement de tous les enfants et de tous les jeunes. C'est pourquoi les subventions aux associations de jeunesse et d'éducation populaire qui, pour beaucoup d'entre elles, organisent des loisirs collectifs pour les jeunes ont très fortement augmenté. Le montant de ces subventions est ainsi passé de 38,3 MF en 1997 à 65 MF en 2001. Un effort significatif est également accompli en vue de permettre la rénovation des équipements des centres de vacances et de loisirs. Les subventions d'investissement, notamment pour les travaux de mise aux normes d'hygiène et de sécurité des locaux, sont en progression constante : elles représentaient 26,2 MF en 2000 et ont atteint 32,5 MF en 2001. Des crédits ont été également délégués aux services déconcentrés pour accompagner le développement de projets éducatifs de qualité en centres de vacances et de loisirs. Enfin, l'augmentation des crédits alloués aux contrats éducatifs locaux (309 MF en 2001) doit permettre d'intégrer, dans les actions prévues à ces contrats, l'accès des mineurs à des loisirs adaptés à leurs besoins et à leurs attentes, dont le départ en vacances. Par ailleurs, le ministère de la jeunesse et des sports est membre du groupement d'intérêt public " solidarité vacances " qui a pour objet de faciliter le départ en vacances des familles défavorisées et notamment des jeunes. L'accès de tous les enfants et adolescents aux vacances collectives ne peut être traité que dans le cadre d'une politique globale qui ne relève pas de la seule compétence du ministère de la jeunesse et des sports ; c'est pourquoi il s'agit d'une priorité gouvernementale.