Allez au contenu, Allez à la navigation

Contournement de la ville d'Arles

11e législature

Question écrite n° 34566 de M. Marcel Vidal (Hérault - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 26/07/2001 - page 2424

M. Marcel Vidal appelle l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports et du logement à propos de l'urgence relative au contournement de la ville d'Arles. Celui-ci permettrait l'instauration d'une liaison entre les régions Languedoc-Roussillon et Provence - Alpes - Côte-d'Azur, et concourrait au développement des relations économiques et culturelles de l'" arc méditerranéen ", qui s'étend de la Catalogne à la région piémontaise. Il souhaiterait connaître les délais qui sont envisagés pour la réalisation de ce tronçon indispensable à l'" irrigation " du sud de la France.



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 08/11/2001 - page 3557

Le contournement autoroutier d'Arles doit permettre d'assurer la jonction entre les sections ouest et est de l'autoroute A 54, cette continuité étant actuellement assurée par la route nationale 113. Il convient de préciser que celle-ci comporte deux fois deux voies et que ses caractéristiques sont proches de celles d'une voie rapide. Il apparaît toutefois nécessaire de réserver à terme au trafic local l'actuel franchissement du Rhône et de trouver une autre place au trafic de transit, ce maillon s'inscrivant plus largement dans l'arc méditerranéen. C'est pourquoi dès 1996, une première phase de concertation sur ce projet a été menée, sur la base de neuf variantes de tracés tant par le nord que par le sud de l'agglomération, afin de recueillir en amont les observations et propositions de la population. Un médiateur avait été nommé par le préfet. En effet, le secteur d'Arles étant d'une qualité exceptionnelle tant du point de vue paysager qu'agricole et patrimonial (parc naturel de Camargue, marais de Meyranne et des Chanoines, sites classés de Montmajour, du pont Van Gogh...), il est apparu nécessaire de mener des études approfondies pour prendre en compte l'ensemble des contraintes de ce site. A la suite du rapport du médiateur du 26 décembre 1996, de nouvelles variantes ont été examinées par la direction départementale de l'équipement des Bouches-du-Rhône qui propose notamment d'aménager sur place la RN 113, soit en l'élargissant, soit en créant un tunnel autoroutier sous celle-ci avec un franchissement sous-fluvial du Rhône. Après examen de ces premiers éléments d'études et des positions qui se sont exprimées localement, le ministre de l'équipement, des transports et du logement a demandé, le 5 décembre 2000, au préfet des Bouches-du-Rhône de réaliser les études préliminaires du maillon de continuité autoroutière d'Arles. L'étude comprend l'analyse de l'intérêt d'un nouveau franchissement du Rhône dans le centre ville. Le choix des aménagements à réaliser et leurs perspectives de mise en oeuvre pourront être arrêtés à l'issue de cette étude, qui donnera naturellement lieu à une concertation.