Allez au contenu, Allez à la navigation

Formation complémentaire au secourisme pour les accidents de la route

11e législature

Question écrite n° 34913 de Mme Dinah Derycke (Nord - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 30/08/2001 - page 2802

Mme Dinah Derycke souhaite interroger M. le ministre de l'intérieur sur la portée de la formation complémentaire à l'attestation de formation aux premiers secours (AFPS) et relative aux secours à apporter et comportement à adopter auprès de victimes d'accidents de la route. Cette formation, d'une durée de huit heures, a été introduite pour répondre aux détresses spécifiques dont souffrent les accidentés de la route et vient donc compléter la formation de base. Elle est destinée principalement aux professionnels : conducteurs professionnels, cadres de la sécurité routière, agents d'entretien et d'exploitation des voies routières, entreprises ou administrations souhaitant augmenter les compétences de leurs salariés confrontés au risque routier. Le processus d'évaluation de cette formation a débuté pendant l'été 1999 (cf. réponse question écrite n° 18053 du 22 juillet 1999). Elle souhaiterait connaître quelles sont les conclusions de cette évaluation. Combien de formateurs ont été formés, combien d'usagers ont suivi cette formation, quel est le pourcentage de candidats à l'AFPS se portant volontaires pour cette formation supplémentaire, quel en est le coût, l'efficience de cette mesure a-t-elle été évaluée ?



Réponse du ministère : Intérieur

publiée dans le JO Sénat du 22/11/2001 - page 3716

L'honorable parlementaire attire l'attention du ministre de l'intérieur sur la portée de la formation complémentaire aux premiers secours sur la route dispensée depuis sa création par arrêté du 16 mars 1998. L'évolution de cette formation est conforme aux objectifs du ministère de l'intérieur - directeur de la défense et de la sécurité civiles - et de l'observatoire national du secourisme. Le nombre de personnes ayant suivi et validé cette formation est évalué à ce jour à quatre mille cinq cents dont un tiers de formateurs. Les évaluations effectuées auprès des stagiaires se révèlent prometteuses, les intéressés qui sont issus de grandes entreprises et des services publics confrontés au risque routier se disant motivés pour cette nouvelle formation qui enrichit leurs connaissances des gestes de premiers secours acquises précédemment, lors de la formation de base. Le nombre des titulaires de l'attestation de formation aux premiers secours, augmenté du nombre de salariés ayant suivi la formation de sauveteur secouriste du travail diffusée sous le contrôle de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés, de la Mutualité sociale agricole et de l'Institut national de recherches et de sécurité, est en augmentation permanente et l'on estime à cinq cent mille le nombre de personnes formées annuellement. A ces actions, qui conduisent à la délivrance d'unités de valeur reconnues par l'Etat et le monde du travail, il y a lieu d'ajouter toutes les initiations courtes diffusées par les organismes et les associations lors de campagnes de sensibilisation aux gestes de premiers secours, notamment en période estivale. Les efforts soutenus, visant à la promotion d'enseignements fiables et reconnus dans ce domaine, conduisent à un véritable partenariat entre les formateurs de sécurité civile et l'Etat. Nul doute que l'implication dans ce domaine des services du ministre de l'éducation nationale permettra aux jeunes scolarisés d'obtenir, à terme, l'attestation de formation aux premiers secours avant leur sortie du système scolaire. L'objectif d'associer à une éducation citoyenne la formation aux premiers secours sera ainsi atteint et il sera qualitativement nettement supérieur à la formation aux " cinq gestes qui sauvent " qui est devenue aujourd'hui obsolète par son manque de crédibilité scientifique. Les jeunes générations pourront ainsi aborder l'apprentissage de la conduite automobile après une solide formation reconnue par l'Etat.