Allez au contenu, Allez à la navigation

Tourisme et loisirs : rénovation des infrastructures du tourisme associatif et social

11e législature

Question écrite n° 35586 de M. Charles Ginésy (Alpes-Maritimes - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 11/10/2001 - page 3259

M. Charles Ginésy attire l'attention de Mme le secrétaire d'Etat au tourisme sur la nécessité de rénover le patrimoine du tourisme social et associatif. Celui-ci est géré par des associations à vocation sociale comprenant plus de 1 500 installations à travers la France, dont près de la moitié dans les zones rurales ou de moyenne montagne. En effet, il accueille chaque année près de 4 millions de personnes et contribue à permettre le départ en vacances des familles et des jeunes les plus modestes, par une politique tarifaire accessible. Ce secteur doit poursuivre les efforts de rénovation de son patrimoine pour prendre en compte l'évolution de la demande et notamment de la composition des familles. Pour cela, une aide de l'Etat apparaît nécessaire dans la mesure où elle déclenche les aides des collectivités territoriales et des autres financements possibles. Cette aide conditionne donc directement le maintien d'une politique sociale d'accès aux vacances. Aussi, il lui demande quelles sont ses intentions sur ce sujet.



Réponse du ministère : Tourisme

publiée dans le JO Sénat du 01/11/2001 - page 3489

La politique en faveur des hébergements touristiques à caractère social et familial, lancée en 1990, s'achève, dans sa forme actuelle, en 2001. Ce programme a permis la rénovation de la moitié du parc immobilier des organismes gestionnaires du tourisme social et familial, favorisant ainsi le maintien d'une offre de service adaptée à la demande et à la situation des publics disposant de revenus modestes ou moyens, ou des publics défavorisés. En outre, il a permis le maintien et la consolidation des emplois existants, voire la création d'activités nouvelles, et s'est révélé un soutien au développement local dans les régions rurales et de moyenne montagne. Les objectifs du plan patrimoine sont largement atteints. Cependant, de nombreuses opérations de rénovation ou de réhabilitation restent à mener. C'est la raison pour laquelle le secrétariat d'Etat au tourisme propose un nouveau programme de consolidation de l'équipement du tourisme social, s'inscrivant dans la continuité logique du plan patrimoine. Pour 2002, le projet de loi de finances prévoit une enveloppe de 4,12 millions d'euros (27,02 millions de francs). La dimension sociale du programme est réaffirmée dans la mesure où il participe toujours à l'élargissement du droit aux vacances pour tous, mais il accorde désormais une plus grande place aux rencontres familiales et à l'accueil des personnes en situation de handicap. Adaptés aux évolutions de la demande, des comportements et des exigences nouvelles de la clientèle, les équipements touristiques sont alors en mesure de jouer pleinement leur rôle social par un accueil et des activités susceptibles de renforcer la cohésion familiale, et les tarifications pratiquées s'intègrent dans la lutte contre les exclusions.Le programme de consolidation de l'équipement du tourisme social vise à atténuer les déséquilibres dans la répartition spatiale de la clientèle touristique, par la mise en valeur des zones rurales et de moyenne montagne porteuses de nombreux équipements nécessitant un programme de rénovation. Le comité interministériel d'aménagement et de développement du territoire (CIADT) du 9 juillet 2001 a approuvé ce programme et a décidé d'y affecter 240 millions de francs, dont 60 millions de francs du Fond national d'aménagement et de développement du territoire (FNADT) sur la période 2001-2006. La subvention accordée a un rôle d'incitation pour l'obtention des financements publics complémentaires. Elle apporte une caution, une garantie aux travaux envisagés, afin de motiver les autres investisseurs ou collectivités pour s'engager dans un projet financé par l'Etat. L'aide accordée dans le cadre du programme de consolidation se situe dans la continuité de l'effet de levier joué par la subvention plan patrimoine.