Allez au contenu, Allez à la navigation

Agrégation de cultures et langues de France

11e législature

Question écrite n° 35902 de M. Pierre-Yvon Trémel (Côtes-d'Armor - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 25/10/2001 - page 3363

M. Pierre-Yvon Trémel appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la création d'une agrégation de " cultures et langues de France ". Réunie à Rennes le 11 juin 2001, la 73e section (cultures et langues régionales) du Conseil national des universités a adopté à l'unanimité une motion favorable à la création d'une telle agrégation. Par la circulaire du 25 avril 2001. les langues ont été inscrites dans un dispositif visant à les faire prendre en compte par le service public, ouvrant, par ailleurs, des perspectives de développement complémentaires. Par exemple, si la formation d'un nombre suffisant de personnes en mesure de passer les concours du CAPES (certificat d'aptitude pédagogique à l'enseignement secondaire) constitue un élément clé du dispositif actuel, il conviendrait de compléter celui-ci par l'institution d'une agrégation de " cultures et de langues de France ". Un tel concours devrait s'appuyer, d'une part, sur un tronc commun concernant toutes les langues et cultures visées et, d'autre part, réserver à chacune d'elles une série spécifique d'épreuves. Au surplus, ces enseignements, qui, pour l'heure, ne font pas l'objet d'un dispositif harmonisé, se verraient dotés d'une cohérence plus forte. C'est pourquoi il lui demande son appréciation sur un tel projet, qui témoignerait combien les langues régionales constituent un patrimoine culturel vivant majeur de notre pays et, le cas échéant, les mesures qu'il pourrait prendre en faveur de son institution.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 31/01/2002 - page 303

Les professeurs qui enseignent les langues et cultures régionales dans les établissements du second degré sont actuellement recrutés par la voie du concours du certificat d'aptitude pédagogique à l'enseignement secondaire (CAPES). La volonté de développer ces enseignements, là où les besoins locaux le justifient, a conduit à la création des CAPES de breton, de corse, de catalan, d'occitan-langue d'oc, de basque et de tahitien-français, ainsi que, plus récemment, du CAPES de créole dont la première session aura lieu en 2002. La création d'une agrégation de " cultures et langues de France " n'est pas, aujourd'hui, envisagée.