Allez au contenu, Allez à la navigation

Transmission aux jeunes générations de la symbolique de la cérémonie du ravivage de la flamme sous l'Arc de Triomphe

11e législature

Question écrite n° 36013 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 25/10/2001 - page 3358

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à la défense, chargé des anciens combattants, sur la réponse à la question n° 54423 parue à la page 2241 du Journal officiel, question remise à la présidence de l'Assemblée nationale, réponses des ministres aux questions écrites du 16 avril 2001, dans lequel il est indiqué que l'office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC) " a signé le 26 juin 2000 une convention avec le comité de la flamme sous l'Arc de Triomphe, avec l'objectif de favoriser la transmission aux jeunes générations de la symbolique de la cérémonie de ravivage de la flamme ". Il souhaiterait savoir quel est à ce jour le bilan de l'application de cette convention.



Réponse du ministère : Anciens combattants

publiée dans le JO Sénat du 14/02/2002 - page 460

Au 1er novembre 2001, 22 cérémonies ont été organisées par les services départementaux de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC), en application de la convention signée le 26 juin 2000 entre cet établissement public et le Comité de la flamme sous l'arc de triomphe. Ce sont ainsi 758 élèves des classes d'écoles primaires, de collèges et de lycées de 13 départements de la couronne parisienne ou situés à moins de 200 km de Paris qui ont participé à ces cérémonies. Ils étaient accompagnés de leurs enseignants, de l'assistant-mémoire du service départemental de l'ONAC, d'associations d'anciens combattants ainsi que d'élus municipaux. La direction générale de l'ONAC entend poursuivre le développement de cette convention en 2002, en incitant tous les services départementaux à organiser de telles cérémonies qui s'inscrivent dans le prolongement de la politique de mémoire menée par le secrétaire d'Etat à la défense chargé des anciens combattants, à laquelle il est très attaché, d'autant que les jeunes générations sont le relais nécessaire à la poursuite du devoir de mémoire assuré par ceux qui furent les acteurs de ces périodes douloureuses de l'histoire de la nation.