Allez au contenu, Allez à la navigation

Plan de prise en charge du diabète

11e législature

Question écrite n° 36552 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 15/11/2001 - page 3617

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre délégué à la santé sur le document de son ministère intitulé Une politique de santé en date de mars 2001 et dans lequel il est indiqué, à la page 11, que dans le cadre d'un plan de prise en charge du diabète, " il faut accentuer et mieux organiser le dépistage et les suivis mal équilibrés des diabétiques, développer une fois de plus l'éducation thérapeutique. " Il le remercie de bien vouloir lui faire connaître le bilan des actions menées en ce sens depuis huit mois.



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 14/02/2002 - page 509

Le ministre délégué à la santé a présenté en mars 2001, les axes de la politique de santé du Gouvernement pour 2001-2002. La lutte contre les maladies chroniques et plus particulièrement le diabète constitue une des priorités de cette politique. Depuis, un programme d'actions de prévention et prise en charge du diabète de type 2 a été préparé en collaboration avec les experts de sociétés savantes et les associations de malades. Annoncé en novembre 2001, ce programme fixe pour les années 2002-2005 des objectifs précis. Il s'agira ainsi de prévenir le diabète par le développement d'une politique nutritionnelle en métropole et dans les départements d'outre-mer, de renforcer le dépistage du diabète par la définition d'une population cible, de garantir à tous les diabétiques la qualité des soins par le respect des bonnes pratiques professionnelles, l'amélioration de la qualité de la surveillance biologique, l'amélioration de la prise en charge ambulatoire, d'améliorer l'organisation des soins, notamment par le développement des réseaux de prise en charge du diabète, d'aider les diabétiques à être des acteurs de santé par le développement de l'éducation thérapeutique et l'encouragement des actions de prévention dans l'environnement familial. Par ailleurs, un système de surveillance épidémiologique spécifique a été créé au sein de l'institut de veille sanitaire. Un comité de suivi, sous la responsabilité d'un expert, président de la société savante française de diabétologie et chef de projet, veillera au bon déroulement de ce programme pluriannuel.