Allez au contenu, Allez à la navigation

Prévention des violences sexuelles à l'école

11e législature

Question écrite n° 36562 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 15/11/2001 - page 3603

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur le rapport sur les violences sexuelles à l'école, rendu public en octobre dernier, analysé à la page 22 du quotidien Le Monde du 9 octobre 2001 et dans lequel son auteur, rectrice de l'académie de Toulouse, suggère de réserver une partie des heures de vie de classe à des réflexions sur " l'estime de soi " et " le respect d'autrui ". Il souhaiterait connaître son avis à l'encontre de cette suggestion et savoir s'il entend inciter les chefs d'établissements à prendre des mesures allant en ce sens.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 31/01/2002 - page 305

Afin de lutter contre les violences sexuelles dans les établissements scolaires, Mme la rectrice de Toulouse suggère en effet de réserver une partie des heures de vie de classe à des réflexions sur " l'estime de soi " et le " respect d'autrui ". Cette proposition entre parfaitement dans le rôle que l'on peut faire jouer aux heures de vie de classe dont la mise en place et l'organisation sont préconisées dans les établissements scolaires depuis quelques années. En effet, la circulaire de juin 1999 demandait qu'une heure soit inscrite à l'emploi du temps des élèves (en moyenne une heure tous les 15 jours de la 6e à la 3e) qui " doit fournir aux élèves l'occasion d'aborder des questions relatives au fonctionnement de l'établissement mais aussi de s'exercer au débat et au règlement des conflits ". La circulaire du 23 juin 2000 reprend un certain nombre de mesures à privilégier à la rentrée 2000 afin de favoriser en particulier l'initiation à la prise de responsabilités des élèves. Elle rappelle que des temps d'écoute doivent être ménagés qui rendent possible, dans un souci de respect mutuel, l'apprentissage du dialogue et du débat. Les questions abordées pendant l'heure de vie de classe relèvent de l'autonomie de l'établissement. C'est la raison pour laquelle les thèmes de " l'estime de soi " et du " respect d'autrui " ne peuvent être recommandés, ce qui a été fait dans les propositions concernant la lutte contre les violences sexuelles et sexuées dans les établissements scolaires.