Allez au contenu, Allez à la navigation

Camp militaire de La Courtine

11e législature

Question écrite n° 37141 de M. Michel Moreigne (Creuse - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 06/12/2001 - page 3820

M. Michel Moreigne attire l'attention de M. le ministre de la défense sur le camp de La Courtine. Les infrastructures et la configuration de ce camp militaire répondent pleinement aux besoins des forces en matière de déploiement logistique, d'entraînement et de préparation aux opérations terrestres. Les mesures de réorganisation annoncées en 1998 prévoyaient que 182 civils et militaires professionnels constitueraient l'effectif permanent du camp, effectif complété par le séjour d'unités de l'armée de terre et de la gendarmerie. En 2000, une baisse de la fréquentation due aux dégâts des tempêtes de décembre 1999 et à l'augmentation de la participation de notre pays à des opérations extérieures, a suscité des interrogations en Limousin. Il lui demande s'il peut lui indiquer quelles sont les prévisions concernant tant la fréquentation du camp pour 2002 que son effectif civil et militaire permanent. Il lui demande également de détailler les aménagements d'infrastructures programmés et, enfin, de lui indiquer s'il a été réellement décidé à la fin de l'hiver 1997 par son prédécesseur d'installer à La Courtine un " centre d'entraînement au combat en zone urbanisée " (cf. Journal officiel, AN, débats du 15 nocembre 2001, page 7928, 1re colonne, lignes 31 à 51), par ailleurs appelé au printemps 1997 " centre de formation à la guérilla civile ".



Réponse du ministère : Défense

publiée dans le JO Sénat du 14/02/2002 - page 477

Les chiffres annoncés en 1998 concernant les effectifs du camp de La Courtine prévoyaient un effectif permanent de 182 civils et militaires. Ces chiffres ont été respectés et même revus à la hausse par le ministère de la défense, puisque l'effectif permanent du camp s'élèvera, en 2002, à 200 personnes dont 47 militaires et 153 civils. Il convient de rappeler que le camp de La Courtine accueille en moyenne 400 à 450 hommes par jour et que son taux de fréquentation est en hausse depuis 1999. Des aménagements importants d'infrastructures sont programmés pour les prochaines années. Ils concernent la transformation du dépôt de munitions actuel en dépôt mobile sur roues, le regroupement de l'ensemble tir, la transformation et la rénovation du cercle destiné à être transformé en service de restauration hébergement loisirs. De plus, un investissement est programmé au profit du camp bâti et des infrastructures d'accueil afin de rénover, construire et entretenir les bâtiments, les routes, les pistes et les installations de tir. Enfin, s'agissant de la création à La Courtine d'un centre d'entraînement au combat en zone urbanisée, ce camp faisait effectivement partie des sites initialement retenus au moment des études de faisabilité réalisées entre 1997 et 1999. Toutefois, pour des raisons de rationalisation, l'armée de terre a choisi de concentrer son entraînement sur trois camps de l'Est de la France, qui se trouvent au centre géographique de la plupart de ces implantations pour les unités de combat : Suippes pour l'entraînement au tir, Mailly pour l'entraînement à la manoeuvre et Sissonne pour l'entraînement en zone urbaine.