Allez au contenu, Allez à la navigation

Destruction de nécropoles militaires liée à la construction de l'aéroport de Chaulnes (Somme)

11e législature

Question écrite n° 37178 de M. Roger Karoutchi (Hauts-de-Seine - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 13/12/2001 - page 3893

M. Roger Karoutchi attire l'attention de M. le ministre de la défense sur la destruction de nécropoles militaires, françaises et étrangères, que risque d'entraîner, en l'état actuel du projet, la construction d'un aéroport à Chaulnes (Somme). Il rappelle que le 15 novembre 2001 le Gouvernement a fait part de son choix de retenir le site de Chaulnes, pour la construction d'un troisième aéroport dans le bassin parisien. Il s'inquiète des conséquences de cette décision sur les lieux de recueillement français, australiens, britanniques et allemands situés sur les communes d'Herleville, Lihons, Maucourt et Vermandovillers. Il souhaite que le Gouvernement prenne en considération ces lieux de mémoire et de souvenir lors de la réalisation éventuelle des pistes de l'aéroport.

Transmise au ministère : Anciens combattants



Réponse du ministère : Anciens combattants

publiée dans le JO Sénat du 28/03/2002 - page 909

Le Gouvernement français est très sensible à la préservation de la mémoire des guerres mondiales et au respect du souvenir des soldats morts pour leur patrie en sol étranger, comme il respecte profondément les lieux de sépultures nationaux. Il a pris, le 15 novembre dernier, la décision d'engager le processus visant à construire un nouvel aéroport pour la desserte du grand bassin parisien, dans un secteur autour de Chaulnes, dans la Somme, pour une mise en service à l'horizon 2012-2015. Le périmètre exact d'implantation de l'aéroport n'est pas encore précisément délimité ; il doit être optimisé au regard de nombreuses contraintes, notamment de la navigation aérienne et des critères environnementaux. L'implantation précise, qui se situera dans un rayon de moins de 10 kilomètres autour de Chaulnes, devra en effet préserver le maximum de constructions existantes et générer le moins de nuisances sonores possible pour les riverains proches ou lointains. Les études sont en cours afin de préciser cette localisation optimale, qui sera définie en deux étapes. Le périmètre d'étude a été délimité le 25 février dernier : il s'agit d'une surface de 10 354 hectares située au sud de Chaulnes, à l'intérieur de laquelle seront choisis les 3 500 hectares nécessaires au futur aéroport. Puis les études techniques permettront de proposer une localisation précise et un avant-projet d'aéroport au début 2003. Ces propositions seront discutées au cours d'un débat public qui devrait se situer au printemps 2003 permettant au Gouvernement de prendre une décision définitive de localisation avant la fin de cette même année. Parmi les contraintes à prendre en compte dans le projet, la présence de lieux de mémoire est particulièrement forte sur ce territoire, en raison des conflits qui s'y sont déroulés, tout particulièrement lors des batailles de la Somme, dont celle de 1916 a été la plus meurtrière. Des cimetières et nécropoles, français et étrangers, peuvent être établis sur le territoire concerné par le futur aéroport. Lors du débat public qui s'est déroulé d'avril à octobre 2001 pour éclairer le choix de la région la plus favorable à l'implantation de l'aéroport, la présence de cimetières militaires a provoqué l'émotion du monde combattant que le secrétaire d'Etat de la défense chargé des anciens combattants partage. Les analyses en cours pour rechercher la meilleure localisation tiendront évidemment compte de l'existence de ces lieux du souvenir. Un groupe de travail composé de représentants du Souvenir français et des principales associations d'anciens combattants a été mis en place par le secrétaire d'Etat, qui est très attaché au devoir de mémoire dont il est le garant. Ce groupe a pour mission de veiller à ce que le respect des sépultures soit pris en considération dans le développement du projet.